vendredi, novembre 26, 2021

Iel.

  En Guadeloupe c'est la guerre civile, boutiques pillées et bâtiments brûlés à Pointe à Pitre, le Service des douanes dévalisé et des armes de guerre dérobées, il y a des barrages sur les routes absolument partout, tout est bloqué, mais dans mon coin c'est plutôt calme, le plus gros soucis pour l'instant est qu'il n'y a plus de produit frais au supermarché (on va manquer de yaourts et fromages sous peu), sinon ça va, tant qu'internet fonctionne et que la plage reste accessible je devrais survivre. Je décide de ne pas vraiment avoir d'avis sur la situation, il y a des revendications légitimes, sur la vie chère, le manque de débouché économique, le fait d'être moins bien lotis que ce qu'ils voient à la télé dans l’Hexagone, mais bien qu'un département ce n'est physiquement pas "la France", c'est une ile à l'autre bout du monde, dans une région pauvre, donc forcement économiquement moins dynamique que la riche Europe, si on compare avec les iles non sponsorisées par un pays développé dans les Caraïbes on peut constater la différence que ça fait. Donc oui, le personnel politique local est corrompu et menteur, préférant souvent garder l'argent pour faire des pots champagne/petits fours et fleurir leur mairie que de le mettre dans l'éducation ou les services publiques, on ajoute les syndicats clientélistes et populistes, limite mafieux, qui enflamment l'ignorance anti-vaxx d'une population peu éduquée hostile à tout ce qui vient de la Métropole, par principe (le chlordécone est passé par là), et une jeunesse désoeuvrée qui se croit dans le Bronx, brûle et pille sa propre communauté, parce que Paris est trop loin (coucou les Gilets Jaunes), et au final cassent l'outil économique fragile encore un peu plus, bienvenue en république bananière de Guadeloupe. Il y a plus de vagues en cette saison, ça rend la baignade plus fun, et le bruit est hypnotique, je fais ma routine habituelle, plage de 8h30 à 11h30, déjeuné et sieste à la maison, autre plage de 15h30 jusqu'au couché de soleil, à 17h30, glandage internet et diner, avant de dormir vers 22h, cerveau au repos. Je suis plus bronzé que j'aimerais, j'ai beau mettre de la crème tout le temps, rester à l'ombre, porter une visière et des lunettes quand je me baigne, je suis quand même "rouge".

Avant de partir je me suis fait le dernier Marvel: Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings et le dernier James Bond de Daniel Craig: No Time to Die, qui sont 2 blockbusters sympas, avec des trous dans le scénario et des personnages sous développés, surtout dans le Bond (mention pour Anna de Ama qui y brille), mais des combats et images sublimes, définitivement pas mes préférés dans leur franchise respective. Army of Thieves (Netflix) est bof. Dans l'avion j'ai regardé In The Heights, comédie musicale sympathique, façon West Side Story moderne, avec un Antony Ramos formidable. C'est triste mais j'ai bien aimé la positivité (légèrement illusoire) du discours de Macron, son europhilie à contre courant, c'est un bon baratineur, plus efficace sur ce plan là que ses deux prédécesseurs, j'ai moins aimé la partie "Travail, Travail, Patrie", il est loin le "j'ai changé" et le temps des cerises. Depuis Pôle Emploi m'envoie des offres en rafale, et m'a aimablement prévenu que j'allais être “poussé à me désinscrire” si je ne bougeais pas mon cul. A la première écoute je n'ai pas trop aimé le dernier Damon Albarn - The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows, idem pour le nouveau Courtney Barnett - Things Take Time, Take Time. Adele - 30 aurait pu s'appeler 43, tellement sa musique n'a plus rien de frais. J'aime bien les albums If Words Were Flowers de Curtis Harding et Portas de Marisa Monte, même si ils ne sont pas renversants, et An Evening with Silk Sonic de Bruno Mars & Anderson Paak est, à défaut d'original, plutôt chouette. Je n'en pouvais plus des pubs sur YouTube (et pas du tout prêt à payer pour la version premium), du coup j'ai téléchargé le navigateur Brave, et ça change tout. C'est marrant parce que je vais être vieux à une période où dire "c'était mieux avant" sera une vérité objective. J'ai reçu mes “aligneurs” DrSmile le 27 octobre, eu mon rendez-vous pour le stripping le 3 novembre, et ça se passe bien, je ne zozote pas, on ne les voit pas, j'ai eu mal au moment du retrait les premières 48h, et de nouveau quand j'en change, ensuite ça va, je les oublie rapidement. Le code parrainage "Share a Smile" est doublé pour le mois de novembre, -400€ pour celui qui l'utilise, et 300€ de chèques cadeaux pour moi, si ça vous intéresse laissez un message avec votre e.mail (je ne le publierai pas). Tiens, et pendant que vous n'avez rien de mieux à faire que de lire de la merde sur internet, allez donc signer cette pétition sur le site du Sénat pour une réglementation plus stricte de la chasse.

mercredi, novembre 03, 2021

Say What You Will.

  J'ai regardé Nomadland de Chloé Zhao, Oscars 2021 du meilleur film, meilleure réalisatrice, et meilleure actrice pour Frances McDormand, c'est un joli film, pas très original ou inventif, mix de Into the Wild et Louise Wimmer, sur les nouveaux nomades 3ème age américains, entre précarité et envie de liberté. J'ai eu peur tout du long qu'un truc grave lui arrive, comme c'est le cas dans la majorité de ce genre d'histoire, ce qui m'a fait rester sur mes gardes et sans doute passer un peu à coté de la poésie/émotion globale. J'ai trouvé la réalisation de David Fincher sur Mank (ou Nolan pour Tenet, même pas nommé) plus méritante d'un Oscar que celle très linéaire de Chloé Zhao ici, plus proche du documentaire que du cinéma, ce qui en fait une reconnaissance plus politique que qualitative je trouve, mais c'est important aussi. Je me suis aussi fait le Halloween 2018 sur Netflix, il y a de bons jump-scares, des acteurs pas trop mauvais, mais trop de moment où tu te demandes (lire "hurle à l'écran") si ils sont juste pas très dégourdis ou carrément attardés mentaux, du genre colle ta tête à une porte avec des vitres quand tu sais qu'un tueur en série est derrière demeuré, mais au final ça fonctionne pas trop mal, l'ambiance rappelle le premier. Et Slender Man, qui n'est pas aussi efficace que It Follows ou Ring dans le même genre. J'ai bien aimé le pilot de Swagger (tv+), série sur un ado espoir du basket, produit par la même équipe que Friday Night Lights, on sent la maitrise experte dès les premières minutes, l’atmosphère en est similaire, ça fait réel et "vécu" d'entrée de jeu, les acteurs sont très bons (mention pour Shinelle Azoroh qui joue la mère, et Isaiah R. Hill dont c'est le premier rôle), l'histoire est forcement un peu clichée vu le thème, mais c'est suffisamment frais et sincère pour sortir du lot.

J'ai l'impression d'avoir mis le doigt dans un engrenage avec The Inkey List, j'ai encore commandé 4 produits supplémentaires, pour faire du "double cleansing", apaiser ma peau, et compléter ma routine pour l'automne/hiver, je suis content des résultats, et ça m'occupe en me donnant la sensation de combattre le temps qui passe, mais si je repars en voyage ça va être plus compliqué à suivre. J'ai découvert que l'on pouvait virer les gens abonnés à son Twitter sans pour autant les bloquer, et vu que je ne suis pas pratiquant, je trouve l'idée d'avoir 0 followers cool. (j'ai quand même gardé Têtu parce que je ne sais pas pourquoi ils en sont venus à me suivre là bas) La batterie de mon iPhone SE1 fait encore des siennes, elle se vide hyper vite et n'est pas suffisante pour quelques heures hors de chez moi (Grindr la bouffe), mais maintenant elle se vide en mode avion au milieu de la nuit, sans indication d'où ça vient, elle indique pourtant encore une capacité maximale de 88%, ça me fait chier d'imaginer mettre au moins 600€ pour un mini 12, et je préfère le Touch ID au Face ID.

Par moment j'ai du mal à faire la juste balance entre s'imposer pour ne pas ressentir cette sensation de se faire avoir, ou laisser les choses suivre leur cours sans être impatient, en essayant de ne pas trop s'excuser de déranger, entre pousser pour que ça avance ou s'en foutre. J'ai tendance à vouloir que les choses se fassent vite, pour passer à autre chose, que ça ne traine pas dans ma tête en boucle dans un coin avec une banderole qui clignote "ne pas oublier", c'est aussi pour ça que je déteste qu'on me doive de l'argent, et encore plus en devoir à quelqu'un. Quand c'est lent je soupçonne tout le monde de ne pas y mettre du sien, d'être de mauvaise fois, je prends sur moi jusqu'à soit exploser soit lâcher prise complètement, c'est épuisant. J'ai ça en ce moment avec la vente du 2 pièces de mes parents qui a pris du retard, l'acheteur me sort des excuses bidons ("mon banquier a été malade, j'avais un mariage à Ibiza pendant 1 semaine, la société de mon père a changé de statut social") comme si il s'en foutait, alors qu'il perd 10% du prix si on ne signe pas au final. Il est censé avoir fait sa demande d'emprunt fin juillet (il m'avait montré un accord de principe de sa banque quand on s'est engagé mi juillet) pour ne recevoir les offres que fin octobre ? En gros on signe des documents chez la notaire avec des dates butoirs qui n'engagent personne, c'est même moi qui suis obligé de recontacter la notaire pour savoir où on en est. Je me rends compte que le temps s'écoule différemment pour moi qui ne fous rien, mais quand même, je déteste dépendre du bon vouloir d'autrui. Je ne suis pas super bien en ce moment, j'ai du mal à sortir de ma tête, je ne sais pas si passer du temps avec ma mère est la bonne idée, mais je repars aux Antilles quelques temps.

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Safari