mercredi, mars 31, 2004

Interlude. #3


Dans ma vie je me suis tapé: des avocats, un éleve rabin, un gogo dancer, un prince, des étudiants de science po (paris), des étudians autres, un trader, des "hétéros", un traducteur de l'onu,  des informaticiens, un présentateur radio, des skaters, un model célebre, un chercheur en biologie moléculaire, des stewards, un millionaire (en dollars), un journaliste du monde, des comédiens, des profs,  un acteur de film porno, un danseur de l'opéra, des banquiers, un patron de startup, un médecin, un surfeur, des aristos, 3 allemands, 5 américains, des italiens, des espagnoles, 2 libanais, un bèlge (noble), un lillois...


                                                                                   


                                                                                                et un producteur ciné.


           Une finalité? non, même pas. 


 


"your flirt, it finds me out, teases the crack in me, smittens me with hope. as much as I definitely enjoy solitude, I wouldn't mind, perhaps, spending little time with you... uncertainty excites me, baby. who knows what's going to happen? lottery or car crash - or you'll join a cult.


mon petit vulcan, you're eruptions and disasters, I keep calm, admiring the lava : I keep calm. electric shocks? I love them. with you : dozen a day, but after a while I wonder... where's that love you promised me? where is it?


how can you offer me love like that? my heart's burned, I'm exhausted - leave me alone. since we broke up I'm using lipstick again, I'll suck my tongue in remembrance of you..."  © " 

lundi, mars 29, 2004

Interlude. #2

      "- E. passe me prendre pour aller voter, ça reste important pour certains. Vu le beau temps on décide d'aller prendre le soleil sur les quais, rue st martin puis par le marais. l'île saint louis est bondée de touristes. des amies de E. nous ont rejoint, on discute du chiapas, des tanneries à dijons, de l'alter-mondialisme... je reste plutôt tiède. L'onanisme comme mode de réflection. jamais voulu être un héros.


- La vendeuse commence à regarder autour d'elle, semble vérifier qu'aucune oreille indiscrète ne traine: "ici les gens, aucune liberté. les policiers, droit de vie de mort sur nous, pas bon, pas pouvoir critiquer. le roi, pas bon". je ne sais trop comment réagir, on discute un peut. Je m'excuse, je dois retourner au gest, rendez-vous avec C. et Z. ... demain je quitte bangkok.


- "Ne plus subir", c'est D. qui me sort ça devant un rhum orange, j'acquièsce. ça doit être dans l'air du temps. "j'aime l'idée. ouai, 3 c'est mieux". j'aime vraiment ces moments là. même si G. commence à me manquer...  je crois. "


samedi, mars 27, 2004

Inde. 1999

      "- Réveil aux aurores, je réalise que je suis en Inde. Il est 7h et je décide de me balader dans les rues qui semblent désertes. Premier problème, l'hôtel est fermé, il est donc impossible de sortir. Je me rends sur le toit, le soleil est encore bas. La rue est effectivement déserte, seules quelques vaches y déambulent. Je décide de marquer le coup en fumant une malboro médium et en écoutant Björk.(...) Vers 11h je chope un bus pour l'aéroport, l'avion de L. arrive vers 13h30, je préfère prendre de l'avance. (...) Je lui fais part de mon déboussolement. Aprés avoir tiré de l'argent à la Hong Kong bank sur Connaught place on se dirige vers Pahar Ganj pour récupérer mon sac. Direction le camp de réfugiés tibétains. (...)

- Réveil pluvieux mais pas de soucis, nos amis de la secte s'occupent de nous. Aprés de brèves entrevues avec Vaikunta-priya, Krishna-devata, Brata-sevaki, Smara et Shakuntala nous partons faire un tour du coté de la Yamuna river. ...

- Aprés s'être installés au Raj Palace on nous distribue des fleurs en nous disant qu'il faut les jeter dans le lac. Incrédules, nous y allons. A peine arrivés sur le ghat des brahmanes nous sautent dessus et nous séparent, si on reste ensemble c'est "bad karma...". Une bénédiction exotique plus tard Shiva veut savoir de combien va être ma donation, je le regarde stoïque en lui disant: "I don't like religion and money together. If i want to make a donation, ok, but i don't want to be ask for it." J'ai de la chance, le mien est cool et ne regarde pas combien je lui donne (5rs). Les autres ont moins de chance, en moyenne 100rs pour quelques "good mama, good papa, good everything" et une poignée de fleurs. L. s'en sort pour 5rs aussi, nous voila sertis du Pushkar passport, alias le de combien tu t'es fait enculer, un petit bracelet de fil rouge. (...)

- On à tous les deux faim. On se dégotte un petit resto conseillé par le routard, la bouffe est divine, on retrouve la foi. Petit bedo (2 sticks en fait car ni elle ni moi ne savons rouler) de nepalais qu'Isabelle Laura a rapportée dans ses semelles. On reste discuter de cul jusqu'à 2h du mat'. (...)

- Demain retour à Paris. "

jeudi, mars 25, 2004

Asia. 1999

        "- Premier voyage seul, déjà dans l'avion interrogation sur "mais qu'est ce que je fous là". trés vite je rentre dans le bain. Khao san road, Curtis et beaucoup de beer shang... c'est plutôt loin mais j'ai encore les sensations. bitchymum/miranda et ses histoires sur les bites cubaines, le franc-parler, l'amitié rapide et sincère. les aprés midi étouffantes passées à prendre des douches avec benjamin dans la chambre du "My house guesthouse". liz, la skin-head-bonze-style anglaise et nos magnums almond, trois mois passés sur le tournage de "the beach" que je lisais justement à ce moment-là... 


et l'arrivée à Angkor, jamais vu autant de beauté, j'me souviens de portishead, de la vache qui rit et du "muscular wine". des putes qui vivaient au "cloud 9" à phnom penh, la guest sur le lac où je dormais, nos balades en motor bike taxi pour faire le tour des bars glauques, elles aussi avaient 19-20ans... et le S21 génocide museum."



        [ Je trouve con les phrases comme: "les voyages forment la jeunesse." ou ceux qui prétendent connaître la vie parce qu'ils ont voyagé, mais y'a quelque chose. comme un clan, une reconnaissance. je l'ai toujours pris comme une valeur, ça me permet de me dire: "j'ai déjà fait tout ça" dans les moments moins roses. j'ai au moins ça... ]


mercredi, mars 24, 2004

Interlude. #1

       "- Sincèrement? ... je crois que je m'en fous complètement. ça n'a jamais été concret, toujours cette impression tenace d'être spectateur. comme quand je mate un film, des fois je suis touché, mais je continue à marcher.

Marcher dans les rues, ça j'aime, dés que j'arrive, déambuler au hasard. l'excitation de se sentir perdu, ne plus avoir de repère, de garde-fou. - je sais qu'un jour ... Comme cette fois-là, à 19ans. avec les putes vietnamiennes à Phnom Penh, le Heart of Darkness et Pine qui me proposait une passe: "Normaly it's 10 dollars, but for you i make 5... ok?". - jamais été concerné.

J'aurai pu me dire... puis je l'ai pas fait.

-La mort aussi, elle s'est glissée dans mon dos. les rebelles au Laos, des flics bourrés en Inde - "ferme ta gueule, tiens ton sac, bouge pas et ferme ta gueule", à Paris aussi, pleins d'histoires qui me trottent dans la tête, qui font ce que je suis... pas vraiment à ma place, toujours avec une malbac light et björk pas loin, comme pour me rappeler à la réalité.

-C'est plein de conneries, un personnage qui a pris le contrôle, parfois. - le cul aussi... et une pudeur décalée. j'pense qu'il faudrait que je repeigne ma salle de bain."


dimanche, mars 21, 2004

Parce que finalement.


   J'me dis que le bonheur c'est super cool, qu'on est trop content d'êtres heureux, que j'aime pas les gens méchants (y sont pas gentil), que quand il fait beau c'est bien, que le rose c'est ma couleur préférée, que j'aime pas la guerre (c'est pas beau), qu'y faudrait que les gens y soit pas triste (jamais), que les petits n'animaux ys' ont toujours raison, et que tous le monde devrait êtres comme dans une chanson de britney, So blond and So glam'.... yeah, Slow...


   Alors, puisque c'est justement "a perfect day", que ça va trop bien avec et que j'aime tout le monde...


   Je vous ai fais une radio spéciale, 13 chansons de  Polly Jean Harvey, du plus récent au plus vieux, pour le plaisir et les lyrics...    Enjoy (ou pas)...


 


jeudi, mars 18, 2004

[ # 4 ampoules, 1 dessert. ]

 because sometimes 'Words Falling Apart'©...       © © 


             "last night in Paris with Lili..."

dimanche, mars 14, 2004

[ I Love Ganesh. ]

jeudi, mars 11, 2004

dimanche, mars 07, 2004

vendredi, mars 05, 2004

Parce que j'ai envie.

"La femme appuya sur le ventre du bébé et prit le petit sexe dans ça bouche. Il etait plus fin que les cigarettes américaines mentholées qu'elles fumait d'ordinaire, et avait un goût de poisson cru. Elle leva la tête pour voir si le bébé pleurait et s'aperçut qu'il ne bougeait plus, bras et jambes complètement immobiles. Alors elle enleva le film de plastique qui recouvrait le visage de l'enfant, mit deux serviettes au fond d'une boîte en carton, posa le bébé dedans, entoura le tout de scotch puis de ficelle. Sur le dessus et les côtés du carton, elle traça en gros caractères un nom et un adresse purement imaginaires. Elle posa la dernière touche à son maquillage, passa une robe à poid, puis, toujours debout, se mit à masser de la main ses seins encore gonflés de lait pour soulager la douleur. Sans même essuyer le liquide blanc qui avait goutté sur le tapis, elle enfila ses sandales et sortit, serrant dans ses bras la boîte en carton contenant le bébé. Au moment où elle arrêtait un taxi, elle repensa au naperon au crochet qu'elle avait presque terminé, et décida qu'elle s'en servirait pour poser un pot de géranium dessus. (...)"


 


                                                   Murakami Ryu - "Les bébés de la consigne automatique"

mercredi, mars 03, 2004

lundi, mars 01, 2004

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome