lundi, janvier 31, 2005

Epilogue, là où la fin sonne creux.










      La chute s'est avérée d'une banalité affligeante, il m'a dit blablabla besoin de solitude, bla nouveau travail, blabla les oiseaux, j'avais dû le sentir, douloureux 1 heure à peine, le temps de marcher jusqu'au Pont des Arts d'aller voir la Pyramide du Louvre et la Tour Eiffel scintiller mon iPod sélection Alternative & Punk à fond au milieu d'une foule d'étrangers, le ciel était bleu et rose pâle, comme un ciel de printemps, ce qui donnait sur la Seine de très beaux reflets, putain comment j'aime cette ville.

Bref, revenons à la fin.


Je suis plutôt content en fait, j'ai joué à l'amour avec un charmant jeune homme mais ni lui ni moi n'y avons cru, il fallait une fin rapide, même bâclée, pour que cela devienne directement un souvenir plaisant sans passer par la case comment je sors de cette histoire de merde moi maintenant; de toute façon il était bien de droite, et un pédé concerné pouvant encore être de droite après (ou même avant) les propos de [vanneste-grosse-merde-christian], [entre autres], ne peut pas être un pédé fréquentable (ou alors il déteste sa condition de pédéraste immonde qui va bruler aux enfers c'est écrit dans la bible mais je sais plus où et donc ses semblables sodomites c'est logique et je sais de quoi je parle j'ai fais de la philo en 97 en terminale hahaha).

J'ai sciemment ignoré les mauvais signes, je voulais encore un peu d'illusion, j'aurais dû fuir quand il m'a dit n'aimer que les Impressionnistes en peinture, devant sa collection de compact disques NRJ recommended, devant ses DEUX bouquins (qu'il n'avait même pas lu, je ne sais pas si c'est un mal: Anna Gavalda Ensemble, c'est tout et Paulo Coelho L'Alchimiste), devant son appartement de 12m2 totalement impersonnel couleur blanc/bleu trop bien rangé aux murs recouverts de lattes de bois genre bateau peintes en blanc qu'il avait posé lui même, devant les petites enclumes et les petits noeuds marins imprimés sur ses rideaux (chaque fois que tu baises t'as le mal de mer comme dirait Sskizo), devant le fait qu'il souriait tout le temps, et quand il m'a dit avoir été VRP pour L'Oréal et qu'il rêvait de devenir contrôleur de gestion (véridique) ... il faut absolument que j'arrête de fantasmer sur le look petit bourgeois Rambouillet 2002©, putain de parents 68tards et tout, ça ne me convient décidément pas.

Moi qui voulait un final sanglant je trouve tout cela plutôt décevant, tu as gagné freaky, il va me manquer quelques nuits je le reconnais, mais bon, cela ne ferait même pas un bon synopsis pour le téléfilm dominical d'M6. D'abord ceci n'est pas une vengeance vile et basse car personne ne sait qu'il se nomme Romain, pour commencer, et si je désirais juste sauver la face j'aurais pu tout occulter avec grande facilité, c'est logique j'ai fais de la géopolitique du monde insulaire asiatique, moi blabla. Alors pour fêter ça (j'aime beaucoup fêter) je me suis, direct dans la foulée, enculé un jeune mignon 20ans 16ème école de droit. Goodnight, Farewell and Fuck You, je suis irrécupérable.

{et les sublimes chansons de Gus Gus - Is Jesus Your Pal ? < Björk - So Broken < ainsi que Garbage - Cherry Lips écrite pour JT Leroy (Sarah), tout ça dans la radio/le iPod avec le reste de ma vie}

vendredi, janvier 28, 2005

Kill me I'm happy.

 C'est fini, je savais que cela ne pouvait pas durer, les belles histoires ne sont pas pour moi, je suis fait pour être solitaire. On s'est retrouvés à Odéon pour un café et il a commencé à me dire d'une voix étranglée que notre relation le brûlait, qu'il n'était pas prêt pour ça, que c'était trop et trop vite, qu'il avait besoin de solitude, que j'étais trop bien pour lui, que les oiseaux sont plus heureux libres dans le ciel ...

nan, j'déconne.


  Mon corps réclame le sien, tout le temps, on a passé plusieurs heures enlacés, collant à l'autre le plus de centimètres carrés de peau possible, j'ai retenu mon souffle plusieurs fois, avec la peur au ventre, la peur de le lâcher, le tenir fort comme si ma vie en dépendait. Je vis tout ça de façon non contrôlée, j'ai même envie que la chute soit plus dure, plus réelle, j'écoute mes sens, mon ventre, il est tellement beau quand il me suce et relève son sourire radieux dans ma direction, les yeux légèrement plissés et les lèvres rendues roses par les frottements, j'ai cette image de lui imprimée sur la rétine. Il porte en lui une innocence incongrue pour ses 25 ans, et une envie de vivre agaçante quand de mon côté je veux que plus rien ne bouge. Quand je pense à lui je m'étire doucement, les épaules rentrées, le dos rond, les yeux clos, je me sens comme sous opium, enveloppé, et je me passe la langue sur les dents, plein d'une fierté bizarre.

Là il est malade, il est retourné chez ses parents pour se faire soigner (je suis pas nurse non plus), alors j'ai dû me branler devant Mort à Venise, ce soir ça sera sur Rocco et ses frères, merci Visconti, et je télécharge Plata Quemada avec Eduardo Noriega (photo) pour faire un remake de ce film argentin sur l'histoire d'amour à la vie à la mort de deux mafiosi, mais y'a quoi demain ?



jeudi, janvier 27, 2005

Mon bonheur et le reste dans ta face.

 Lundi - Jour 1. Quelqu'un m'a dit avoir découvert PJ Harvey grâce à moi, et cela a comme justifié la perte de temps que constitue ce blog, merci. Je suis tombé amoureux, un gros crush sur un gars nommé (placer ici le nom après rupture), il est mignon, bien élevé, je ne le connais pas encore mais il a l'air stucturé ce qui n'est pas si commun chez nous autres les invertis, je l'ai rencontré lundi après midi, je sais je suis rapide mais bon le cheval et tout, on s'est retrouvés devant le starbucks des halles (dédicace sskizo), on a fait un tour dans le froid devant St-Eustache, j'étais déjà habillé pour le travail, costume/chemise/cravate ton sur ton noir, mon manteau gris anthracite posé sur le tout, etnies rouge, j'étais franchement bandant, lui aussi, veste en velour marron et jeans bleus bruts, j'ai surtout vu ses yeux luisants et son sourire à mourir, des yeux sombres, presque noirs. Il a fait une école de commerce et ça ça pue un peu, il est plutôt actif aussi mais je sais travailler au corps quand il le faut, je souris bêtement en pensant à lui, il me dit s'attacher rapidement, merde moi aussi, et je meurs d'envie de l'embrasser ... oui, je sais, on ne s'est même pas embrassés, on a joué les choses à l'hétérosexuelle attitude, un verre, je te raccompagne pas loin de ton taf, la bise près de la bouche devant le commissariat du 4ème, on s'appelle et on passe la nuit à bavarder sur le net, ce dernier point n'étant pas particulièrement représentatif de la communauté hétérosexuelle mais plus globalement métrosexuelle, j'ai grave envie de lui et j'ai peur qu'il soit de droite, je suis trop romantique.

{meRadio: Vincent Gallo - yes i'm lonely < PJ Harvey - Electric Light

< Nancy Sinatra - These Boots are Made for Walking}


 Mardi - Jour 2. Dans l'album de Vincent Gallo When il y a une chanson qui s'appelle i wrote this song for the girl paris hilton, et je trouve ça marrant. 14h, je me réveille, je n'ai dormi que 5 heures mais j'ai très envie de le voir, il est sur msn, rdv sur la place de l'Hôtel de Ville, je lui propose d'y reproduire la célèbre photographie de Doisneau. Il fait grand soleil donc on se dirige vers l'Institut du Monde Arabe par Notre-Dame, il porte un 3/4 en velours noir sur jeans délavés, sobre, masculin, craquant, je suis totalement sous le charme, je lui montre les "cirques" creusés sur les quais, là où se déroulent des cours de tango en été, on se prend dans les bras, long baiser avec la Seine en arrière-plan, il fait un froid mordant, il embrasse très bien, avec fougue. Je suis fier de marcher dans la rue avec lui, je nous trouve beaux ensemble malgré le fait qu'il soit très protecteur, j'ai un peu l'impression d'avoir 5 ans quand on traverse la rue, mais je trouve cela mignon pour le moment, je me surprends même à lui tenir la main, il n'aime pas l'art contemporain, ni ce qui perturbe dans la littérature ou le cinéma, il aime les choses belles et positives, personne n'est parfait. On va chez lui prendre un thé (!), c'est petit et très bleu, on s'allonge sur le canapé, on flirte à l'américaine, pas le temps pour plus et envie de faire ça bien, il faut déjà que je rentre chez moi me changer pour le boulot, il m'accompagne, on chahute dans la rue, maintenant qu'il sait que je peux bander toutes les 5 secondes il y travaille, les passants nous regardent, même si ça ne dure pas putain-mon-poing-dans-le-cul-à-jesus que c'est bon. Plus tard dans la nuit un garçon sublime, grand, carré, gueule de mannequin, brun, aux yeux bleus turquoise est passé me demander le prix des chambres, il m'a dit qu'il revenait de suite avec ses bagages et un sourire enjôleur, j'en ai eu un pincement au ventre tellement il était beau, il n'est jamais revenu, en fait si mais j'ai pas envie d'en dire plus, je suis fidèle moi monsieur et j'ai encore l'odeur de la bite de mon mec sur la main.

{Nouvelle Vague - In a Manner of Speaking < Salad - Drink The Elixir
< Kelis - Rolling Through The Hood}


 Mercredi - Jour 3. 6h, la 4ème saison d'Alias commence ambiance mission impossible moderne, l'image est plus chiadée j'ai l'impression, en plein dans les phantasmes d'espionnage à la 007 façon blanc Apple, les personnages semblent plus assumés, Sydney plus mature, l'intrigue plus élaborée, en comparaison à la saison 3 on dirait presque du Bergman. Jennifer Garner est plus belle et juste que jamais, dommage qu'elle aie l'air si conne IRL [We are so never watching Alias again. Unless it’s like a totally awesome episode!!] via [Garoo]. Et là je vous parle de ça car dans 1 heure je vais retrouver mon homme pour passer la journée au lit. (Ellipse Temporelle). Des bras, des jambes, des bites, des ventres, du foutre, des croissants, des mains. Parait qu'il ressemble au mec de [Sskizo] Copain. Dans la soirée je vais boire un verre avec CopineLesbienne, on discute de tout et rien autour d'unes bières aux ginettes (avec des S partout parceque y'en avait pas qu'une), ce genre de conversation où tu finis les phrases de l'autre tellement tu vois ce qu'il veut dire, on avait fini par se bouffer la vie, trop en phase quelque part, je suis content que tu ailles bien, sushis quand tu veux. iPodGirl/tel/blabla veut qu'on se rende à la [Favela Chic], mais il fait froid, c'est con la vie.

{Nina Simone - Feeling Good}


Et le nouveau clip de Björk c'est du gros nawak réalisé par Spike Jonze, avec un live de la chanson Triumph of a Heart par les "clients" d'un café islandais, j'ai bien rigolé, vous pouvez le voir sur [Björk.com].

lundi, janvier 24, 2005

Just a perfect day, u made me forget myself, I thought I was someone else, someone good. Such a perfect day, I'm glad I spent it with u.

 Je traîne pas mal avec la fille au iPod en ce moment, celle avec qui j'ai beaucoup voyagé en Asie (L.), je la vois principalement en présence de ses copines vénézuéliennes, et pas mal dans un atelier/loft à Belleville, cet appart est sublime, avec une grande table où l'on peut manger à 15 (des lasagnes par exemple), des verrières partout et un fauteuil à massage (un vrai, qui fait de vrais massages). Le lieu parfait pour vivre, spacieux et calme, lumineux, on est tombé sous le charme, lazy days à écouter du Serge live et du Bowie, regarder des dvds pas encore sortis et manger du fromage en parlant de Chavez. J'ai revu Lost In Translation, un régal; Un Long Dimanche De Fiançailles que je n'avais pas lu donc que j'ai trouvé très bien; et 5x2 très juste avec une Valeria Bruni-Tedeschi brillante, comme très souvent.

A perfect day, courir entre les gouttes en écoutant Lou Reed & The Velvet Underground. J'ai téléchargé les premiers épisodes de [Unscripted] la nouvelle série HBO produite par George Clooney et Steven Soderbergh, qui promet dans le genre doc/fiction. J'ai passé du temps dans les grands magasins aussi, je n'aime pas le shopping mais mon mec y travaillait, pas qu'il n'y travaille plus mais ce n'est plus mon mec depuis hier dimanche (amen), on a joué à un jeu très bizarre ensemble, j'étais le prince charmant qui n'en a rien à foutre et lui la pucelle énamourachée et jalouse, ça ne pouvait pas marcher, c'est moi la princesse normalement; deux pulls et un jean Tommy Hilfiger, avec mon manteau Kenzo, il ne me manque plus qu'une paire de Tod's ou Patrick Cox et je suis paré, à quoi je ne sais pas mais j'ai une grosse envie de ressembler à un petit bourgeois, même pas bohème, alors je le fais; je ne penche pas à droite pour autant, je ne voudrais pas ressembler à ces pédés qui se croient rebelles parce qu'ils votent UMP, vu le nouveau ministre de l'économie (Hervé Gaymard), avec sa femme blonde descendante d'une famille anti-IVG intégriste, ses 15 enfants, sa tête de bon catho pas dégrossi, et le retour à l'ordre moral plus global que l'on commence à ressentir, ils vont bientôt ressembler à la caution ouverture d'esprit de sarkozy, genre les blacks chez lepen ou la fille lesbienne de dick cheney pour bush, il leur faudrait un bon coup de boutin-brandissant-sa-bible dans la tronche, bande de con.

En observant les gens dans la rue, et plus précisement les garçons, je me suis souvenu pourquoi je ne le faisais plus, pourquoi je traçais ma route quitte à snober des connaissances, c'est que je tombe amoureux toutes les 3 secondes (tu n'es pas tout seul Bertrand), pas vraiment amoureux mais j'ai un pincement dans la poitrine, pour un regard, un sourire, une nuque, un dos, et vu que je suis incapable de draguer et de devenir rouge pivoine en même temps, ça me fout le stress dès que je sors de chez moi, j'ai les boules en pensant à tout ces potentiels hommes de ma vie que je croise, alors je prefère les ignorer en regardant l'architecture ou mes pieds. Pour m'aider j'ai un iPod maintenant, le iPod est un anti-dépresseur efficace ou une drogue dure, comme on veut, je le conseille à quiconque voulait se jeter dans la seine dernièrement ou regarder combien ça coûte sur tf1 avec le son. Ayé je suis accro, je l'ai nommé Buddyboy à la Six Feet Under, et il ne quitte plus ma poche (dans son étui pour ne pas le niquer dédicace à freaky), je pense que Macintosh y met un addictif puissant, ou que la coque est faite en cocaine compactée, vu que l'arrière est parfait pour faire des rails déjà ... Voilà, je t'aime.

Ce soir je travaille, je me lance dans le visionnage de la saison 1 de [The Sopranos], j'éspère juste que les symptômes de gastro que j'ai eu ce week end ne vont pas se confirmer dans la nuit, yummy.

{The Libertines - Can't Stand Me Now < Lou Reed & The Velvet Underground - Sunday Morning}

jeudi, janvier 20, 2005

[ mékelgroconjaifaillimepisserdessus. ]


 Ce truc était dans ma boite aux lettres, je n'ose même pas le sortir de son emballage, mais j'ai bien rigolé quand même. Merci [RoSeBoSo].




dimanche, janvier 16, 2005

Haute couture is bad for ur health.


{Chanel Guillotine - Tom Sachs 1998}


 Pour fêter l'achat du iPod j'ai passé la journée à Beaubourg, j'ai fais le tour complet des expos temporaires/permanentes, pendant 3h, une petite dizaine de kilomètres dans l'art contemporain, déjà il y a pas mal de surveillants mignons dans ce musée quand même et franchement l'art contemporain est salutaire voire salvateur (on vous l'avez jamais faite celle là, hein?), je retiens rarement les noms mais dans les acquisitions récentes du musée il y avait la fameuse Chanel Guillotine ainsi qu'un Hello Kitty en bronze de [Tom Sachs] que j'ai trouvé bien cynique, sinon les portraits de Modigliani m'intriguent toujours autant, cela fait toujours aussi bizarre de se retrouver entouré de tableaux signées Picasso (je n'arrive jamais à retrouver son tableau la Femme au pigeon vu il y a quelques années ici et sa sculpture Petite fille sautant à la corde est sublime), Magritte je t'aime, Nan Goldin terriblement, Dubuffet pas tout, Jean Hélion pas trop, et je me suis beaucoup amusé à jouer à tourne mouton avec Carole Benzaken, bref faut aller au musée les gars, le musée c'est bien bouffez-en.

et pour rester dans l'actualité:

{Prada Death Camp - Tom Sachs 1999}


{Radio + Erykah Badu - In Love with You < Pizzicato Five - It's a Beautiful Day
< PJ Harvey & Pascal Comelade - Love Too Soon}

samedi, janvier 15, 2005

jeudi, janvier 13, 2005

"Oui peut-être mais la bite à neimad elle pue la chatte à britney."

 19h05, j'ouvre les yeux, pâteux, marre de travailler de nuit, j'ai envie de voir le jour et surtout ne pas redevenir gris comme avant mon départ, la musique du générique des Drôles de dames résonne, faut que je change ça d'ailleurs, c'est la fille au iPod qui me propose de la rejoindre plus tard dans la soirée, je lui dis que je dois aller dîner au restau avec YeuxBleusCheveuxNoirs, mon "mec", mais que rien n'est sûr, j'allume la télé, [Arte reportage] sur Banda Aceh (nord sumatra) et les manœuvres de Jakarta pour récupérer la région, le textile chinois, puis le [Dessous des cartes] sur Varanasi/Bénarès, putain comme je vous aime Madame Arte. Je me prépare callé au fond de ma couhette-extra-large à regarder Rêve de Kurosawa quand je me souviens du coup de fil, je saute dans un vieux pull Gap bien ringard mais c'est la mode il parait, ils sont tous au Tambour, déjà bien ronds, on me dit que la veste que je porte depuis 3 ans devant eux me va très bien, que j'ai très bonne mine, que j'ai l'air bien, les filles me disent que je suis beau, celles que je connais moins le diront en cachette à iPodGirl, il est super beau ton copain ouais mais il est pédé, bref, je me sens bien et visiblement cela se voit.

En rue, direction [Le Triptyque] pour écouter/voir le mix d' Asia Argento, après le 5ème passage d'affilé de la chanson numéro 8 de la compilation Colette n°2 I wear my sunglasses at night elle décide de se lacher sur du rock, cool on est tout à fait d'accord, envie d'un petit pogo ? on a grandi dans les années 90 oui ou merde, on sautille sur [L7] en buvant des pintes à 7 euros. Derrière nous, dans la cabine des techniciens, je reconnais un gars sur qui je craquais quand je me suis installé seul dans mon appart sur Paris, y'a plus de 5 ans de cela, il était vendeur dans une petite boutique de skate à coté des halles, je devais y passer tous les jours au moins 3 heures à essayer des pompes sans jamais rien acheter, il est toujours aussi beau, toujours aussi hétéro, je présume, un regard à mourir, pénétrant et rieur, brillant, c'est ça que je veux, je crois que je pourrais passer ma vie avec un gars qui aurait ce regard. Un [PGM] (Pigeon Génétiquement Modifié) de 2 mètres de haut vu dans la très bonne émission [Demain le monde] sur Canal+ il y a quelques jours est là, avec ses grands yeux globuleux il fonce sur les gens, par contre on ne l'aura pas vu chier, il partira en taxi devant nous quelques heures plus tard, c'est con j'avais pas mon numérique. On rentre à pied/velo, on rallonge pour raccompagner une amie chez elle non loin de chez moi, elle tient à comparer son bronzage au mien avant que l'on se quitte, elle nous montre sa "marque" où ça ? bah là, le trait blanc. euh, c'est une vergeture ça ...

On monte les quatre-étages-sans-ascenseur, j'allume Ryû (mon PC) pour montrer [The L. Word] à la miss afin qu'elle comprenne pourquoi je suis plus lesbien que pédé (entre autres); le clip de Vincent Gallo Honey Bunny pour voir Paris Hilton tourner en rond en sous-vêtements verts (ce qu'elle fait à merveille); puis le début de Chi-comment-elle-déchire-Katherine-Zeta-Jones-dedans-cago le film, histoire de faire de beaux rêves (pour changer); je lui donne aussi les 3 premières saisons de [Oz] pour la baffe dans la gueule (il en faut toujours une, merci HBO).

'night Shane 'night O'Reilly.

{+ Vincent Gallo - Honey Bunny, dans la radio.}

lundi, janvier 10, 2005

Let's kill slutty britney, she's such a pathetic cunt.

 Je suis tombé sur le concert de britney-gros -avant-bras-spears sur une chaîne pay-per-view -que-je-paye-pas, je pense que sa prochaine tournée sera équipée de cameras pour examen endoscopique du côlon, le danseur principal lui faisant un frottis en directe sur l'écran géant, putain comment elles puent ces chanteuses je-montre-mon-cul-pour-vendre-des-disques -mais-c'est-une-libération-de-la-femme-en-faite -si-si-je-te-jure genre marhia/lil'kim, jamais vu une super pouffe comme ça, je suis pour qu'on la brûle, Madonna/période érotica gardait une touche arti, Nina Hagen et Peaches ont un côté provocateur interessant, mais là, je vois pas, tout en play-back-mal-fait avec une troupe de danseurs habillés par bruno vandelli (quadri color), déjà que ste pute red neck a poussée les gens à voter pour bush, vivement un tsunami sur la californie et/ou la floride.


une photo de la petite culotte rose de britney [ici] et [].


dimanche, janvier 09, 2005

Like a fucking rolling stone, don't u think ?

  Putain, trop d'alcool, j'ai acheté un pack de 6 bouteilles d'Évian pour compenser; tu ne parles plus aussi fort maintenant, et ça te fait quoi d'être seul, tu étais si joyeux avant, et les garçons c'est pas des mecs bien, mais ça on le savait déjà, on l'avait entendu à la radio, j'ai aussi entendu dire que tu lisais mon esprit derrière mon dos, regarde bien, prend une photo, tu sera à genoux quand j'en aurai fini, bat-toi mon bébé, j'ai essayé d'être gentil mais les compromis ne réussissent à personne, bat-toi contre moi mon bébé, personne ne le fait comme toi, et quand ils frapperont à ta porte tu fera quoi ? non je n'ai pas de flingue, non mon heure n'est pas venue, viens comme tu es, comme je veux que tu sois, comme un vieux souvenir, j'ai passé une bonne partie du week-end au lit avec une fille, la fille au iPod, tétons sortis, pantalons baissés, allez happy dead disco à tous.


{Bob Dylan - Like A Rolling Stone < Metric - Combat Baby < Nouvelle Vague - Guns Of Brixton (The Clash) < Le Tigre - TKO < Dani Siciliano - Come As You Are (Nirvana) < Metric - Dead Disco.}

mercredi, janvier 05, 2005

Dans un taxi. {Dead like me}

         

 Tu peux passer les dernières secondes de l'année; prendre un rail de coke; manger des carottes râpées; lire un livre de Robert McLiam Wilson (Eureka Street par exemple); avoir une chaude pisse; penser aux Demoiselles de Rochefort; boire trois bouteilles de vin rouge; faire des téquila-pafs; changer un Switching Power Supply; envoyer "Asie" au 80 222; aller au Tambour rue Montmartre dans-le-2ème-passez-par-les-quais-merci; raconter une histoire avec une bite pousse tampon périodique et comment le récupérer; avoir dans la poche 250 euros en tickets resto; te faire un fan de 18 ans (et son boyfriend); débattre de l'entrer hypothétique de l'Ukraine au sein de l'UE; sentir le Dove Cream Bar; mettre un doigt dans le cul de ton mec; écouter Like a Rolling Stone de Bob Dylan en ayant des flashs du clip starring Patricia Arquette que Michel Gondry a réalisé pour la version des Rolling Stones; te dire qu'enfin c'est fini; prendre en photo mon oeil.

{Nouvelle radio Fuck-u-up-the-ass, bitch: Red Hot Chili Peppers - I'm A Little Pea < PJ Harvey - Who the Fuck < Nine Inch Nails - Like an Animal < Damien Rice - Women Like a Man < Archive - Fuck U < Peaches - I Dont Give a Fuck < Miss Kittin - Frank Sinatra < Bjork - Sod Off < TTC - Girlfriend, suivit de l'ancienne.}

samedi, janvier 01, 2005

[ 2005 ]



Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome