mercredi, janvier 11, 2017

You Go to My Head.


 Je pensais plaisanter mais la première chose qu'il m'a demandé quand je lui ai dis que j'étais à Vientiane, et que j'étais content de le voir, est si je pouvais lui donner 50 000kips pour le touk-touk, parce qu'il n'avait plus de moto, je lui ai fait comprendre que bof, il m'a répondu "Ok. No problem." et n'a plus donné de nouvelle, on ne s'est pas vu. Mais ce qui est bien au Laos, c'est qu'il y a plein de petits mecs très mignons et sympas qui veulent te rencontrer (l'âge moyen dans le pays est de 22ans, contre 40 en France), je suis vite passé à autre chose, avec un étudiant de 21 ans, qui parlait beaucoup mieux anglais, ce qui est pratique quand même pour discuter un peu et se balader en ville. La chaleur est franche ici, ça fait du bien, et les nuits sont douces, pas besoin de prendre la clim, j'ai loué une chambre au Sport Guesthouse, 100 000kips (j'ai négocié 10 000kips pour avoir une fenêtre gratuitement), pour 5 nuits, en plein centre, donnant sur le Mixai temple, je me suis fait faire un très bon massage traditionnel Lao chez DalanyMixay (60 000kips/1 heure) dans la rue François Ngin, j'ai mangé des croissants, pains au chocolats, pains aux raisins, croissants aux amandes, et tartes aux abricots chez Le Banneton, qui sont au même prix qu'à Paris, ce qui fait quand même une jolie marge au Laos, et j'ai beaucoup traîné, jusqu'au moment où j'ai réalisé que je n'avais rien à foutre ici.

J'ai finit la saison 1 de Mozart in the Jungle, et je ne comprends pas trop le Golden Globe de meilleure série comique 2015, remarque c'est pour la saison 2, pour l'instant c'est gentil, c'est globalement Smash, le soap que NBC avait fait sur le monde des comédies musicales, mais dans le monde du classique, certains moment sont gênants, comme quand ils veulent faire genre c'est un milieux destroy, et particulièrement avec la violoniste française, mais bon, l'épisode réalisé par Roman Coppola dans une fête de la haute société, des plan-séquences comme des tableaux, dans un manoir hors de New York, était brillant, le reste aurait dû être comme ça, surtout qu'il développe la série, avec Jason Schwartzman entre autre, ça aurait donc dû être vachement mieux et plus exigeant, ça se regarde quand même, Lola Kirke (sœur de Jemima de Girls) est sympathique en joueuse de hautbois ambitieuse, Gabriel Garcia Bernal, quand il n'en fait pas des tones, est regardable en chef d'orchestre excentrique, les passages musicaux sont chouettes, je roules autant des yeux que je souris, bref, c'est un peu cheap, si vous ne l'avez pas encore téléchargé ce n'est pas vraiment la peine, moi j'ai déjà la saison 2 sur l'iPad mini, on verra si ça prend de l'ampleur. J'adore Atlanta, c'est drôle, intelligent, très bien réalisé, un vrai bijou, mais j'ai du mal à en enchaîner les épisodes, ça se déguste, et j'ai regardé le pilot de The OA, en streaming, que j'ai trouvé vraiment pas mal.

Je continue ma descente du pays, je retourne à Thakhek, à 5 heures 7 heures en bus de la capitale, demain matin, pour couper le trajet vers les 4000 îles.

samedi, janvier 07, 2017

Mékong.


 Arrivé au Laos, j'ai passé 2 jours sur un slow boat jusqu'à Luang Prabang (235 000Kips/27€), avec une nuit au milieu dans la ville inutile de Pakbeng (évitez la Dockhoun Guesthouse, ce sont des cons) où un couple italo/français d'une 50taine d'années m'a invité à manger indien. Le paysage est joli, et le devient de plus en plus, quand on s'enfonce dans le pays, mais pas aussi beau qu'entre Muang Ngoi Neua et Nong Khiaw, il vaut mieux arriver tôt, pour avoir un siège à l'avant, loin du moteur.


Une fois à Luang Prabang il a commencé à faire "froid", dans les 20-25° (c'est relatif je sais), et pluvieux, je suis devenu comme les vielles gens, j'ai mal partout quand il fait moins de 30, j'ai dû faire un sauna vapeur et un massage au siège de la Croix Rouge pour me réchauffer. À cause de ça j'ai revu mes plans, je suis descendu vers le sud après 2 jours, dont le réveillon, pendant lesquels je n'ai pratiquement pas pris de photos (regardez celles de novembre 2015), ça ne servait à rien d'aller à Muang Ngoi, où la principale activité est de regarder le paysage depuis son hamac, si je n'arrive pas à sortir de sous les couvertures. C'est chiant, je me faisais une telle joie d'y retourner, je verrai plus tard, et bien sur ma brosse à dent électrique m'a lâché ici, dans un pays où le concept même est un anachronisme. Je suis donc allé à Vang Vieng, en minibus (6h/110 000kips), la route est sublime et le chauffeur a eu la gentillesse de s'arrêter à un point de vue, pour qu'on puisse prendre des photos, quand il m'a vu désespérément essayer par la fenêtre du van, je vais peut être retenter cette boucle aux pieds des falaises, à laquelle j'avais renoncé à mi chemin, en vélo, la dernière fois, ou pas.


Vang Vieng est encore pire qu'il y a 1 an, il y a encore plus de chantiers, du béton chinois à profusion, des sortes de guinguettes, avec tables sur pilotis au raz de l'eau, comme flottant, qui beuglent de la mauvaise musique occidentale avec le son saturé, tout le long de la rivière, le bruit de tondeuse à gazon des ULMs, et sur la route du blue lagoon une autoroute de quads, conduits par des Coréens, entrain de se perche-selfier hurlants qu'ils s'amusent, d'ici moins de 2 ans la vue ne suffira plus à sauver l'endroit, ou c'est juste l'effet vacances de fins d'année qui amplifie, mais les bars d'immeuble sur 3 étages, elles, resteront. Au moins il fait plus chaud !

J'ai craqué pour une grande chambre avec LA vue, à 100 000kips, après réduc sourire-je suis seul au monde chez Maylyn Guesthouse (12€), parce que merde et que le petit bungalow sans eau chaude à 60 000 ne me tentait pas, et ça aurait pu être parfait si des connards de français n'étaient pas autour à faire du bruit constamment, on est quand même un bon peuple de blaireaux bruyants qui ne pensent qu'à leurs gueules, c'est dingue. Moins que les thaïs en vacances quand même, je pense commencer à voyager avec un coupe-coupe. J'écoute Angel Olsen, sur le balcon, en me disant que ça sonne déjà entendu quand même, et que sa voix m'agace un peu par moment, quand elle finit ses phrases comme si elle était bourrée, mais c'est quand même chouette, je lis sporadiquement The Girls de Emma Cline, et le soir je regarde The Catch, qui est un bon divertissement. Le fait de revenir dans des endroits que j'ai déjà visité fait que je ne suis pas vraiment en voyage, je n'ai pas ce besoin d'explorer partout et de prendre des photos, je glande pas mal, je suis plutôt en vacances, et je sens qu'il va falloir que je me pose sur une plage dans pas trop longtemps. Pour l'instant je viens d'arriver à Vientiane, où j'espère revoir mon petit gars, pour quelques jours, si il n'est pas devenu money boy entre temps.

mercredi, décembre 28, 2016

Baan Dam.


 Je suis passé en coup de vent a Chiang Mai, 2 nuits dont celle du réveillon, et le 26 au matin j'ai pris un bus pour Chiang Rai, à 3h20 au nord est. J'ai réservé un lit en dortoir, parce que la description du lieu fait par Travelfish.com était grandiose, bah c'est relou quand même les dortoirs, et la piscine ressemble plutôt à un bassin pour poissons qu'autre chose, mais pour 2 nuits ça a été (Mercy Hostel - 250B/6€) Je n'ai pas trop aimé Chiang Rai, dès le premier soir je me suis baladé au night bazar, et c'était plein de touristes genre en groupe ou famille, la plupart français, genre voyage organisé "hors des sentiers battues" mais bien dans les clous, la ville est pleine de restaux chic branchés aussi, y'a même un café à chat, et sinon des bars à putes partout.


Le lendemain, j'ai passé la journée avec un suisse, habitant à Taipei, rencontré à l'hostel, on a visité le très kitch mais finalement assez joli Wat Rong Khun ("White Temple"), puis le musée Baan Dam ("Black House") qui est un très chouette et étrange endroit, sorti de l'esprit de l'artiste thaïlandais Thawan Duchanee, et qui vaut vraiment la peine d'être visité, il a réinterprété l'architecture Lanna, typique de la région, en y apportant une esthétique tribale indonésienne et africaine, des statues Balinese, une touche de modernité européen, et pleins de bites en bois partout. On a aussi vu 2-3 temples dans le centre ville, avant de manger au night bazar.


Si la "piscine" de mon hostel en avait été une je serais sûrement resté une journée de plus, mais j'ai pris un bus pour Chiang Khong, à la frontière, à 2 heures de là, que j'ai traversé, le visa m'a couté le prix officiel cette fois-ci (30$), et je suis maintenant à Huay Xai, au Laos.

lundi, décembre 26, 2016

Freedom.


 Quand tu es un jeune gay, en banlieue, dans les années 90, avant internet, tu te raccroches à ce que tu peux pour avoir l'impression d'appartenir, et George Michael est un symbol de cette époque pour moi, Freedom est sans doute la chanson (et le clip) qui m'a le plus marqué, il chantait le fait d'avoir un secret, de ne pas être celui que les gens pensent, le besoin d'être quelqu'un d'autre, et la liberté qui en découlait, c'est la chanson que je me passais en boucle, en attendant que ma vie commence. Et puis cette liberté sexuelle, I Want Your Sex, Faith, Too Funky, Outside, Fast Love, j'ai aussi l'image des clips qui passaient en boucles sur MTV, Papa Was a Rolling Stone, Spin the Wheel, entre ceux de Björk et des Smashing Pumpkins. Quand j'ai eu dans les 20 ans, on se faisait des soirées où on ne passait que son best of, avec (the person formerly known as) meilleure amie et d'autres potes, à danser comme des malades, c'est une des périodes les plus heureuse de ma vie quand j'y pense, et il en a été la bande son nuit, pendant que Lou Reed et Bowie occupaient mes matins. Plus tard, j'ai pleuré plusieurs fois sur son Praying for Time, qui décrit bien le monde actuel, et qui est la chanson que j'écoute quand je suis triste, pour lâcher prise, avec Substitut for Love de Madonna.

2016 à bien fait sa pute, on a commencé l'année avec la mort de Bowie, pas encore remis du 13 novembre, quand on a commencé à ne plus y penser Prince nous a quitté, le Brexit, puis le traumatisme de Nice le 14 juillet, Trump, Alep, Berlin, (...) et on "finit" (il reste encore quelques jours) par la disparition de George Michael le jour de Noël, Last Christmas. J'ai lu sur internet, quelque part, que 2016 a été comme un mauvais film avec une excellente bande originale, je suis d'accord, en espérant que 2017 soit plus douce, ce qui semble mal barré.

vendredi, décembre 23, 2016

Mae Hong Son.


 La route entre Pai et Mae Hong Son est vraiment belle, j'ai été un peu frustré de ne pouvoir faire des photos par moment, surtout dans la lumière du matin comme ça, quand la vallée en contre bas est recouverte d'une brume féerique. Mais avec tous ces virages je n'aurais sûrement pas trop aimé le voyage à moto. Quoique.


Mae Hong Son est une chouette petite ville, bien plus agréable que Pai je trouve, enfin c'est différent, il y a quelque chose à voir ici, je suis content d'être venu jusque là, on s'y sent au bout du monde. J'ai loué une Honda Dream 125cc une journée (180B), pour monter voir la frontière myanmaraise, et les petites routes de montagne au alentour, c'était sympa mais pas aussi beau que la route depuis Pai, je n'y ai pris pratiquement aucune photo, et sinon je me suis juste baladé à pied en ville, autour du lac, au temple en haut de la colline pour le couché de soleil, ou en écoutant Palace allongé sur mon lit.


J'ai dormi dans une toute petite chambre, dans le centre (300baths - Kiang Doi House 2), avec salle de bain séparée mais 3 fenêtres dans des directions différentes, j'ai mangé raisonnablement bien au Salween River Restaurant, siffloté Cranes in the Sky de Solange, en regardant les montagnes et la lumière changer sur les toits des temples au bord du lac, buvant de la coconut water, et j'ai pesté contre mon appareil photo, qui ne réussit pas du tout les photos de nuit, mais en faite ça va des fois.


Un petit séjour sympa, avant de prendre un bus pendant 6 heures jusqu'à Chiang Mai, le jour du réveillon.

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome