jeudi, janvier 23, 2020

Dead Weight.

  Je n'ai pas aimé autant que je l'aurai voulu, ou tout du moins que le pilot me l'avait laissé espérer, cette première saison de Work In Progress, renouvelé par Showtime pour une seconde dernièrement, c'est sympa mais pas génial, avec des prémices aussi radicaux et des personnages potentiellement aussi riches, ça ne raconte pas grand chose au final, c'est entre One Mississippi et Fleabag, sans le mordant ou même l'impact, je trouve que l'on reste très en surface de tout ce qui se passe, et en fin de saison on a pas vraiment avancé par rapport au début. J'ai repris The Walking Dead, 6 ans après, en milieu de saison 4, parce que je déteste la vie et suis maso. Passé le retour du "governor", qui m'avait fait quitter la série, ça va un peu mieux. C'est toujours aussi mal joué, avec des dialogues et situations aussi mal amenées c'est peut-être dur de faire mieux, mais c'est efficace par moment, et je pense que je vais regarder encore un peu, c'est bien pour diluer le temps au milieu de la nuit, quand ils trucident du zombie, je suis moins fan des combats de territoires d'électeurs de trump d'excités à 3 neurones sur-armés, ce show semble sponsorisé par la NRA par moment, mais le silence du monde "d'après" est toujours aussi fascinant. Je suis encore étonné à quel point Game of Thrones a dominé la culture populaire pendant 10ans, et que du jour au lendemain, après cette catastrophique dernière saison, son influence a complètement disparu, comme si un charme avait été rompu. Même moi, qui ait été fan de la série dés le pilot, qui l'ai défendu pratiquement jusqu'au bout, trouvant même que individuellement les épisodes de la saison 8 étaient bons, il manquait juste le liant entre eux, pour rendre le tout cohérent, j'ai eu cette sensation que mon affection m'avait quitté, au point où je ne me souviens plus ce que j'ai pu lui trouver, c'est brumeux, et que je ne suis pas sûr que je la recommanderais à quelqu'un aujourd'hui, alors qu'elle a longtemps été synonyme de perfection pour moi.

Quand ma mère est passée à Paris, sur son chemin pour Bangkok, on a été déjeuner avec ma grand mère et le gars qui me disait de ne pas l'appeler papi quand j'étais enfant alors qu'ils sont ensembles depuis avant ma naissance, ils avaient réservé dans un restaurant Chino-Thai (forcement quand on invite quelqu'un qui part 6 mois dans ce coin du monde le lendemain), ça s'est plutôt bien passé, la première chose que ma grand mère m'a dit est "tu n'as pas maigri", suivit de "je n'aime pas ta coupe de cheveux, tu n'es pas beau comme ça", à quoi ma mère a répondu "mais non, c'est parce qu'il perd ses cheveux !", plus tard mon "grand père" s'est énervé que je touche la CMU, comme si c'était moi qui creusait le trou de la sécu en m'obstinant à rester en vie passé la date de péremption (lol), donc un chouette déjeuné, vive la famille. Ah oui, et Dagsson.com m'ont envoyé un nouveau poster, pour remplacer celui endommagé au mois de décembre, et, alors que j'avais laissé le premier avec un mot demandant de faire attention, il a été fourré dans ma boite aux lettres de la même façon, bien sur le gars qui fait son travail comme un connard ne subira aucune conséquence, merci la Poste. Du coup il m'en renvoie un autre, avec une compagnie différente, on verra bien, je vais offrir un des endommagé à mon père, et j'ai envie de coloriser l'autre, je me demande juste si ça vaut le coup d'acheter des feutres pour ça.

Je me nourris de velouté de potiron/graines de courge Bio, et de Kinder Buenos. Netflix va produire le prochain Jeunet, et diffuser tous les Miyazaki. Le faux procès d'impeachment de trump s'est ouvert au sénat américain, pendant que les chefs d'Etat font semblant de s'intéresser à l'écologie à Davos, et un nouveau coronavirus chinois mortel se répand sur la planète. Tout va bien.

mardi, janvier 21, 2020

The Outsider.

  Je ne sais pas trop quoi penser du début de la nouvelle adaptation de Stephen King en mini-série par HBO: The Outsider, la réalisation est un peu trop "maniérée", comme si on essayait de faire edgy sans pour autant donner une identité propre, ça fait forcé, tous ces cadrages trop excentrés et gros plans/changements de focus, ça ne raconte rien et semble gratuit, au final ça parasite plus qu'autre chose. L'ambiance globale est étrange aussi, on semble être dans une série policière façon True Detective, mais le paranormal empêche d'avoir une cohérence nécéssaire à un show construit comme un mystère policier. Et puis le chuintement de Ben Mendelsohn m'agace. Mais pourtant, après 3 épisodes, je dois dire que j'aime beaucoup ce show, j'y pense un bout de temps après le visionnage, j'ai envie de connaitre la suite, la fraichement nommée aux Oscars Cynthia Erivo vient d'arriver dans l'histoire, c'est ma série du moment. Petite digression, le son était tellement mauvais sur OCS, uniquement pour ce show, que j'ai dû le trouver "ailleurs", c'est quand même hallucinant de payer un abonnement, même en promo à 5€, pour se retrouver avec ce problème. Little America est la nouvelle série d'anthologie d'tv+, produite par Kumail Nanjiani, chaque épisode présente l'histoire d'immigrés aux USA, et ce premier opus est une vraie réussite. La réalisation est belle, les acteurs sont très bons, c'est vraiment agréable à suivre. On nous plonge pendant 30 minutes dans une de ces histoires, inspirée de faits réels, c'est tendre et malin, triste aussi, mais sans pathos ou voyeurisme, une petite parenthèse dans la vie de ces gens. Ici c'est un gamin qui doit gérer le motel de ses parents pendant qu'ils ont des problèmes de papier, on nous montre comment la machine administrative peut influer sur une vie. J'aurais sans doute plus envie de voir les autres épisodes de cette série définitivement utile et réjouissante, si je n'avais pas un coeur de pierre (idem qu'avec Modern Love d'Amazon), on verra avec le temps. J'ai eu plus de mal à entrer dans cette saison 2 de You (Netflix) que la première, j'attendais d'y voir Victoria Pedretti avec impatience, après son passage remarqué dans The Haunting of Hill House, mais j'ai vite trouvé qu'elle en faisait un peu trop, l'histoire globalement reprenait trop de la saison 1 (un jeune voisin qui a besoin d'aide, ce qui permet à Joe de paraitre vaguement humain), il y a trop de hasards bienheureux (tout le monde se connait à Los Angeles ?), Penn Badgley m'a moins fait tripper cette fois-ci, et je déteste l'esprit "LA" et ses habitants (autant que Joe). J'ai trouvé que ça décollait vraiment en milieu de saison, ce qui est un peu tard, les rebondissements de la fin sont plutôt sympas, je regarderai la prochaine je pense. Comme j'ai aimé le docudrama Cheer de Netflix, j'ai regardé Last Chance U de la même prod, en 6 épisodes aussi, sur une équipe de football américain dans le Mississippi profond, et j'ai moins aimé, déjà c'est impossible de comprendre ce qu'ils disent, entre l'accent et l'argot, j'ai du regarder en français, même avec les sous-titres c'était incompréhensible, et globalement personne n'était spécialement attachant, une bande d'imbéciles suffisants faisant un sport sans intérêt, entre bondieuseries et beaufrie bling noire du sud US. Mais comme je suis un peu maso (et que c'est parfait à enchainer les nuits d'insomnie), j'ai continué avec la part 2 (EMCC), et j'ai trouvé le tout plus interessant, la réa est meilleure, les nouveaux joueurs plus sympathiques, ou en tous les cas on laisse plus de place à leur histoire personnelle, le staff s'étant vu à la télé pendant la saison 1 a remis en question ses techniques, et les match sont bien plus prenants et mis en valeur, avec ces ralentis en musique, surtout quand tout ce que l'on connait de ce sport (de barbares) vient de la série Friday Night Lights.

Ma mère a décollé pour Bangkok Jeudi dernier, pour 6 mois en Asie du Sud Est, petite info utile: apparement le gouvernement Thai a durci sa politique de visa, où en tous les cas Austrian Airlines fait du zèle, ils ont refusé qu'elle monte dans l'avion parce qu'elle n'avait pas de vol pour sortir du pays au bout d'1 mois (on ne m'a jamais rien demandé), j'ai dû lui en prendre un en ligne en catastrophe (34€ pour Saigon, le moins chère), j'ai essayé de l'annuler dans la foulé mais ça n'a pas marché. Il faudra que je trouve un site où l'on peut facilement annuler son billet (il parait sur Orbitz), pour mon prochain voyage, si cette pratique se répand. Pour l'instant elle kiffe, et se régale, je suis content d'avoir réussit à la pousser un peu hors de chez elle, ça sera le plus grand voyage de sa vie.

lundi, janvier 13, 2020

Cheer.

  Je ne m'y attendais vraiment pas, j'ai mis le premier épisode parce que je ne savais pas quoi regarder, qu'il m'était proposé par Netflix en priorité, et que rien ne me tentait, et je dois avouer que j'ai beaucoup aimé Cheer, docudrama en 6 épisodes sur une troupe de cheerleaders de compétition texanes et leur Sue Sylvester (#Glee). Les participants sont hyper attachants et leur histoire personnelle poignante, leur entrainement est hallucinant, physiquement et mentalement, le déroulement de la saison est digne d'un scénario de film, avec rebondissements et doutes, qui te tiennent en haleine jusqu'au bout, c'est bien filmé/édité, un regard interessant (et toujours un peu terrifiant) sur les Etats-Unis, une vraie réussite, j'espère qu'on aura une saison 2.

J'ai regardé AJ and The Queen (Netflix), une fiction "travel buddies" de et avec RuPaul, où une Drag-Queen fauchée se retrouve sur les routes du sud des USA avec une enfant de 10 ans livrée à elle même. RuPaul n'est pas un grand acteur mais s'en sors pas trop trop mal ici, c'est cool de la voir faire des lip syncs, il y a pleins de cameos des queens de RPDR, qui font des blagues références, c'est mignon, camp à mort, et abusé. Mais assez niai quand même, l'éclairage est souvent homophobe, l'histoire tient à peine debout, avec un humour façon sitcom des années 80, et une réalisation téléfilm LifeTime, ça passe assez douloureusement de blagues datées à bons sentiments premiers degrés à situations glauques, je pense qu'ils auraient pu faire vachement mieux, en prenant le tout plus au sérieux déjà, avec une intention esthétique, façon Pose. Ici, après la dixième fois où une Drag-Queen aveugle répète "I can't see, I'm blind, bitch !", ou que la gamine hurle sans que quelqu'un ne lui foute une baffe ne la remette à sa place, tu commences à te demander un peu ce que tu fous encore devant. Je pense que le tout aurait été plus efficace avec une Drag-Queen genre Lady Bunny, RuPaul veut trop être Oprah, et manque de mordant face à cette gamine insupportable, qui n'est pas fantastique d'ailleurs. Malgré tout on finit par s'habituer aux défauts, et au final, j'ai quand même regardé l'ensemble sans être complètement haineux, clairement pas un chef d'oeuvre, on est plus près des films à petit budget de Bianca Del Rio (Hurricane Bianca 1 & 2) que de Little Miss Sunshine, mais ça fera sourire les fans de RPDR (comme moi). Les nouveaux shows développés par la chaine du câble FX (Fargo, Pose, Atlanta, Legion, AHS), qui font maintenant parti du partenariat avec Hulu, et seront diffusés sur ce service de streaming sous l'appellation "FX on Hulu" (Disney possède les 2 entités et semble vouloir en faire le pendant plus adulte/edgy de son Disney+), semblent assez déments, il va y avoir Devs, mini-série science-fiction de Alex Garland (Ex machina, Annihilation), qui a l'air superbe et intrigante, et la mini-série historique Mrs America, avec un paquet de super actrices: Cate Blanchett, Uzo Aduba, Rose Byrne, Margo Martindale, Sarah Paulson, Jeanne Tripplehorn, accompagnées de James Marsden et John Slattery (Mad Men), ça donne très envie. Ça confirme aussi mon sentiment que l'on va avoir de plus en plus de mini-séries prestigieuses, plutôt que des dramas prévu sur plusieurs saisons, pour lesquels des gens comme Cate Blanchett ou Alex Garland n'auront pas envie de s'engager. La nouvelle saison de Fargo aussi à l'air prometteuse.

Je crois que le seul show que j'aurai envie de remater, intégralement, si il arrivait sur Netflix, serait The Golden Girls. Le mouvement des Gilets Jaunes s'embourgeoise. Et je suis le seul à voir ces visages démoniaques dans ce nuage de fumé volcanique philippin ? #TheEndIsNear

samedi, janvier 11, 2020

France 2020.

[09/01/2020 - France]

  J'ai vu dans l'interview d'un spécialiste du maintient de l'ordre, sur France 5, que la doctrine en France du "non-contact" avait changé lors des manifestations contre la loi travail, en 2016, sous Hollande, que depuis la confrontation était devenue la norme, et que le gouvernement actuel, au lieu de prendre en compte le nombre de blessés qui monte en flèche, le fait que la situation devient intolérable, que face à une police déchainée la révolte va se radicaliser encore plus, a décidé d'enfoncer le clou en restant complètement dans cette ligne dure, avec écrasements de larynx et crevaisons d'oeil au LBD. Ce basculement s'est donc produit sous la Gauche, on dit que Macron à boulversé l'échiquier politique, c'est surtout Hollande qui a tué la Gauche en faisant la même merde que la Droite, en pire sous bien des aspects, parce qu'il y avait de l'espoir, comment encore croire que ce ne sont pas les mêmes, et de là est né le Macronisme, le capitalisme fou élitiste méprisant et destructeur de la Droite, avec les pratiques policières de répression d'avant 68 (un rêve que même Sarkozy n'a pas osé mettre en oeuvre), et la communication cajoleuse vide de fait de la Gauche hypocrite.

Je ne pense pas voter LREM en 2022, au premier tour c'est sûr que non, mais même au second contre le FN, je m'en sens incapable, je ne suis même pas sûr que LePen serait allée aussi loin, en tous les cas elle aurait été traité de fasciste et entravé bien plus tôt. Ce gouvernement de banquiers et petits patrons, qui traitent la France comme une PME qu'il faut réformer à coup de plans sociaux et audits de rentabilité, en matraquant les récalcitrants, en gâchant un pognon de dingue dans le processus, pendant qu'on redécore le bureau du chef et qu'on distribue des bonus aux actionnaires, commence à m'inspirer de la haine. La France est un pays et les gens ne sont pas que des machine-outils pour votre rendement de fin mois. Ils ne retirent pas le droit de manifester, juste celui de participer en toute sécurité, rien que de propager la peur de le faire n'est pas digne d'une démocratie. Aucun citoyen n'a été blessé par des black blocks/casseurs que je sache, du moins pas intentionnellement, seulement par les "forces de l'ordre" (quel nom ironique). Et bien sûr je suis scandalisé par les destructions lors de ces manifs, mais quand le matériel devient plus important que l'oeil ou la main d'un humain, peu importe les circonstances, c'est inacceptable.

Si une nouvelle figure n'émerge pas d'ici la prochaine élection présidentielle, ça ne peut que mal finir. Il me faut un plan d'évasion.

vendredi, janvier 10, 2020

For All Mankind.

  En regardant le bilan de mes nouveautés de mi-saison 2019-2020, donc des 6 derniers mois, je me rends comptes qu'il n'y a pas vraiment de show dont je suis fou amoureux, il y a de grandes performances, des personnages attachants, des prouesses techniques, certains ont un super potentiel, mais ce n'est pas aussi instantané que Sharp Objets, Kidding, ou Pose à la même époque l'an dernier.

Dark Crystal: Age of Resistance (Netflix), préquel du film, met du temps à se lancer et a pas mal de défauts, pourtant, en fin de saison, j'étais complètement dedans, et c'est techniquement une prouesse. La nouveauté "je kiffe d'avoir de nouveau 8 ans". J'ai mis un peu de temps à m'acclimater à Euphoria (HBO), série d'ado à la sauce HBO, elle m'a dérangée, je crois que c'est pour ça qu'elle m'a autant plu, les acteurs et la créativité visuelle de Sam Levinson m'ont complètement convaincu, la nouveauté coup de point. Watchmen (HBO) de Damon Lindelof, est un peu tarabiscotée mais définitivement différente, avec un message fort, une bonne suite aux Comics, la nouveauté WTF. A Black Lady Sketch Show (HBO) est tordante et inventive, définitivement la nouveauté la plus drôle. The Mandalorian (Disney+), se déroulant dans l'univers Star Wars originel, n'est pas parfaite, mais elle m'a bien fait tripper pendant cette petite première saison, et "Baby Yoda" est le truc le plus adorable de l'année, nouveautés "Space Western nostalgique". Limetown (Facebook Watch) thriller adapté d'un podcast, bien ficelé et Jessica Biel captivante, la nouveauté addictive. For All Mankind (tv+) uchronie interessante et bien produite, avec Joel Kinnaman, juste un peu "à l'ancienne" dans son rythme, la nouveauté prometteuse. Unbelievable (Netflix), avec Merritt Wever et Toni Collette, est très bien faite, respectueuse de son sujet, la nouveauté "#MeToo nécessaire". Undone (Amazon), série en Rotoscopie de Raphael Bob-Waksberg, créateur de BoJack Horseman, est très chouette et innovante, juste un peu anecdotique peut-être, la nouveauté "je suis content de l'avoir vu". The Morning Show (tv+) commence (beaucoup trop) laborieusement, malgré de bonnes intentions et un cast impressionnant (Billy Crudup et Jennifer Aniston en tête), mais à la fin elle aura marqué mon année, la nouveauté "Star Power". The Boys (Amazon) est efficace, surtout au début, mais ne tient pas ses promesses sur la longueur, la nouveauté "on est pas loin du butte mais il faut encore bosser un peu". Carnival Row (Amazon), avec Orlando Bloom et Cara Delevingne, a une jolie production, c'est un peu cousu de fils blanc et les arcs narratifs ne se valent pas tous, mais c'est une bonne surprise, la nouveauté Fantasy inattendue.

Mentions Honorables à bof, dans l'ordre: Marianne (Netflix), Creepshow (Shudder), Evil (CBS), Stumptown (ABC), Back to Life (BBC), Living With Yourself (Netflix), Modern Love (Amazon), Servant (tv+), The Witcher (Netflix), Criminal (Netflix). Et Work in Progress (Showtime) n'en est qu'à la mi-saison, elle ferra parti de mes nouveautés partie 2, en juillet. Déceptions que j'ai arrêté en cour de route: On Becoming a God in Central Florida (Showtime), Mrs Fletcher (HBO), Truth Be Told (tv+), See (tv+), Dickinson (tv+), The Politician (Netflix), Dollface (Hulu), His Dark Materials (BBC/HBO), Why Women Kill (CBS All Access), Looking for Alaska (Hulu), Soundtrack (Netflix).

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Safari