mercredi, janvier 06, 2021

I May Destroy You.

  Le premier semestre de la saison télé 2020-21 n'a pas proposé des masses de nouveautés incroyables, suffisamment pour qu'on ne s'ennuie pas trop, mais je reste un peu sur ma faim. Par rapport à l'an dernier je suis revenu à 9 au lieu de 12, comme sur la première moitié de 2020. Voici les 9 séries qui méritent d'être mise en avant:

Normal People (BBC/Hulu) est viscéral et délicat, un show irlandais sur l'amour qui prend par les tripes et ne lâche pas, avec 2 super acteurs, mais surtout Paul Mescal. (Diffusé en avril, donc dans la première partie de 2020, mais qui s'en branle) La série britanique I May Destroy You (HBO) n'est pas toujours "confortable" à regarder, j'ai pris plus de plaisir devant des séries classées après dans cette liste, mais c'est une oeuvre qui grandit dans l'esprit encore longtemps après l'avoir vu, sans doute la série la plus "actuelle" (enfin pré-COVID) de l'année. Bravo à l'impressionnante créatrice, auteure, réalisatrice et interprète: Michaela Coel. Lovecraft Country (HBO) est ma série de la rentrée, politiquement importante, avec une production haut de gamme, et une aventure fantastico-horrifique fun à suivre, ce n'est pas toujours réussit, mais quand ça marche c'est fantastique. Mention pour Jurnee Smollett-Bell, qui y brille. The Queen's Gambit (Netflix) propose une histoire cousue de fil blanc autour des échecs, mais de manière superbe et prenante, qui met en avant la magnétique Anya Taylor-Joy. Alice in Borderland (Netflix) est une série japonaise adaptée d'un manga, un peu caricaturale par moment du coup, mais suffisamment bien ficelée pour qu'on soit accroché jusqu'au bout. Ted Lasso (tv+) est une chouette petite comédie dans le milieu du foot anglais pleine de positivité, ce qui est rare et bienvenu en 2020. The Flight Attendant (HBO Max) nous balade en première classe au 4 coins du monde, pour une intrigue un peu délirante, à la frontière entre drame sombre et comédie hystérique, sur-mesure pour Kaley Cuoco. Brave New World (Peacock) n'arrive pas au niveau de ses ambitions, mais reste une série de qualité que j'ai aimé regarder. Aunty Donna's Big Ol' House of Fun (Netflix) est un gros bordel australien salutaire.

Mentions "j'ai fini la saison", de sympa à bof: We Are Who We Are (HBO), nouvelle incartade pour HBO dans l'univers des ados, commence avec brio pour sombrer petit à petit dans la médiocrité, mais je suis content d'avoir regardé ce projet singulier. How to with John Wilson (HBO) est une sorte de série documentaire sur New York, principalement, et la vision du monde de John Wilson, c'est farfelu et décalé, une chouette petite oeuvre. Ratched (Netflix) est absolument superbe, avec des intrigues et personnages qui ne tiennent pas vraiment la route malheureusement, une saison moyenne d'American Horror Story avec un plus gros budget (et Sharon Stone). Le reboot de Saved by the Bell (Peacock) est fun, et pas aussi sans cervelle qu'on pouvait s'y attendre. The School Nurse Files (Netflix) est une petite comédie coréenne farfelue sympa. Deaf-U (Netflix), télé-réalité façon The Hills, remplit son rôle de divertissement légé, sans être trop honteux. Legendary (HBO Max), compétition-réalité sur la scène ballroom queer new-yorkaise, n'est pas aussi fun et spectaculaire qu'elle devrait l'être. The Undoing (HBO) avait toutes les pièces pour être grandiose, et se foire lamentablement, mais en beauté. Celles que je n'ai pas (encore ?) fini: Love and Anarchy (Netflix), The Third Day (HBO), Raised by Wolves (HBO Max), Perry Masson (HBO), P-Valley (Starz), Sweet Home (Netflix).

jeudi, décembre 31, 2020

Death to 2020.

  Après une année 2019 tendue, on a commencé 2020 déjà bien sur les nerfs. Les grèves et manifs contre la réforme des retraites, les feux incontrôlables en Australie, le début de la pandémie à Wuhan, l'arrivée du virus en Italie, le premier confinement, les manifs contre le racisme/Black Live Matter suivant la mort de George Flyod, les JO de Tokyo repoussés à 2021, l'explosion au port de Beyrouth, le meurtre barbare de Samuel Paty et les attentats terroristes au couteau de Paris et Nice, l'élection américaine (au moins trump a perdu), toujours le Brexit, les guerres civiles dans le Haut-Karabakh/ au Tigré/ au Yémen/ en Syrie, le confinement 2, la mutation du virus... 2020 a clairement été la pire année ever, comme l'annonce cette couverture de Time Magazine, de notre vivant du moins. La pandémie de COVID-19 aura touché absolument tout le monde sur Terre, de façon plus ou moins personnelle et/ou violente, mais l’impact est universel pour l'humanité, si certains pays ont moins été touché sanitairement, souvent des pays "pauvres" moins mondialisés, avec des populations plus jeunes, les répercutions financières ont été et vont être dramatiques. Et pour bien la finir, je me suis fait une rage de dent en pleine nuit, 2 jours après Noël où je n'ai rien fait, réveillé à 4 heures du matin avec une douleur comme j'en ai rarement connu dans ma vie. J'ai trouvé un dentiste en urgence, et maintenant ça va, je suis prêt pour la suite.

Mes prévisions pour 2021: scandale de la campagne de vaccination trop lente en France, les mutations "anglaise" et "sud-africaine" du virus rendent les vaccins pratiquement inutiles de toute façon, les pays "pauvres" récupèrent les miettes, 3ème confinement, Apple rachète la MGM et annonce 3 séries télé dans l'univers "James Bond", déploiement complet de la 5G, des famines se déclenchent un peu partout (coïncidence ??), on parle encore du Brexit, l'album de Lana Del Rey est décevant, trump lance sa chaine de télé/réseau social, tremblement de terre géant en Californie et dans l'Himalaya, l'Amérique du Sud sombre économiquement et s'enflamme politiquement, les températures dépassent les 50° en Inde pour la majorité de Mai/Juin, la LReM fait des scores ridicules aux Élections Régionales, les JO de Tokyo sont définitivement annulés, c'est l'été alors tout va bien, des canicules/ sécheresses/ incendies historiques à travers le monde, Biden meurt, la Chine envahie le Ladakh Indien, la guerre civile s'accentue en Libye, Amélie Nothomb sort un livre, pour contrer Salto Netflix annonce le rachat du catalogue AB Production et un reboot d’Hélène et les Garçons avec Louane, l'Asie du Sud Est est ravagée par une série de cyclones, une nouvelle forme plus meurtrière pour les jeunes de coronavirus/SARS-CoV découverte en Inde donne naissance à la COVID-21, Didier Raoult propose d'essayer la Chloroquine, trump ferme sa chaine de télé/réseau social, Eric Zemmour annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 dans TPMP, mort de Jean-Paul Belmondo, confinement généralisé IV, sortie du nouveau The Legend of Zelda, le roi Thaï abdique et le pays devient une "démocratie militaire", le Louvre prend feu, et pour les fêtes, une éruption solaire exceptionnelle grille la majorité des circuits éléctroniques sur terre, nous ramenant 40 ans en arrière. Bon réveillon ! 🥳

lundi, décembre 28, 2020

Sweet Home.

  Je n'avais pas aimé le pilot de I May Destroy You (HBO), plus par appréhension du sujet principal que je savais venir (une agression sexuelle) que la qualité, et globalement je n'avais pas spécialement accroché à l'ambiance ou aux personnages. J'ai retenté sur OCS, et j'ai enchainé les épisodes. Ce n'est pas toujours "confortable" à regarder, ça met mal à l'aise par moment, mais c'est une oeuvre vraiment intéressante, souvent fun et lumineuse, sur la sexualité, le traumatisme, les relations humaines, l'époque, qui reste en tête longtemps après... C'est très bien joué, écrit, et mis en scène, Michaela Coel (la créatrice/ scénariste/ réalisatrice) est impeccable, elle a une voix singulière et propose une oeuvre vraiment originale, comme Lena Dunham ou Phoebe Waller-Bridge avant elle. C'est important de juste écouter d'autres voix, pour ne pas rester enfermé dans ses aprioris et facilités de reflexion. J'ai du mal à imaginer une suite, tellement l'histoire se termine comme elle se doit, avec une leçon de narration au passage. Je vous la conseille vivement, la série sans doute la plus "actuelle" (enfin pré-COVID) de l'année.

Le docu-fiction Death to 2020 (Netflix), des créateurs de Black Mirror, est sympa, avec pleins de passages gentiment marrants, j'ai découvert en cours de route que revoir les évènements de 2020 n'était pas quelque chose que j'avais spécialement envie de faire, bizarrement, et après une bonne demi-heure j'ai trouvé ça trop long, mais ça vaut le coup d'y jetter un oeil, les "intervenants" sont parfaits. Cette saison 3 de The Sinner (USA Network) était très cool, pas au niveau de la première, mais plus centré que la seconde, et Matt Bomer fait un super boulot. J'ai adoré la saison 2 de The Mandalorian (Disney+), qui était plus élevée que la première, pas encore un drama adulte comme j'aimerai, mais c'est tellement splendide, et je suis complètement investit dans ces personnages. J'ai hâte de voir les spin-offs et autres shows Star Wars qui vont en découler. La COVID-19 a poussé le studio Warner Bros a sortir son catalogue de film de 2021 sur HBO Max le même jour qu'en salle aux USA, vu que la plupart sont encore fermées, donc techniquement en version HD sur les sites de piratage aussi. Le premier a suivre ce nouveau contrat est Wonder Woman 1984, qui est vraiment mauvais, autant je n'avais pas spécialement aimé le premier, mais il était vaguement regardable, celui-ci est catastrophique. Déjà je ne comprends pas l’intérêt de faire l'action dans les années 80 si il n'y a même pas un tube de l'époque diffusé, Gal Gabot est superbe et assez magnétique à l'écran, mais clairement une mauvaise actrice, Pedro Pascal s'en sort égratigné aussi, l'histoire est mal structurée, les enjeux mal amenés, le dénouement pathétique, et la fin mièvre et gênante, comme une pub pour les chocolats de Noël. Et j'ai détesté le pilot de la série coréenne Sweet Home (Netflix).

Mon cable HDMI ordi/télé m'a laché, le Airplay ne fonctionne pas sur mon modèle de télé Sony, et le "cast" incorporé à VLC coupe un peu trop souvent, maintenant je dois brancher un disque dur directement sur la télé. Ce n'est pas catastrophique, mais je vais peut-être me prendre la prochaine version de ChromeCast, si ça copie vraiment l'écran, pour utiliser PopCornTime, et anticiper pour mon prochain ordi, qui n'aura plus les mêmes branchements.

lundi, décembre 21, 2020

Normal People.

  Je suis un peu en retard sur celle-là, la série irlandaise Normal People est sortie fin Avril sur la BBC et Hulu aux USA, j'ai eu du mal à lancer le premier épisode, je ne sais pas pourquoi, une série sur l'amour ça me faisait un peu peur, enfin je sais pourquoi, mais bref. C'est absolument superbe, délicat et viscéral, la réalisation est "sensorielle", il y assez peu de dialogue, beaucoup de scènes charnelles, de déchirement, de malentendus, de tendresse. Les 2 acteurs sont fascinants, Daisy Edgar-Jones est un mix entre Paget Brewster, Anne Hathaway et Charlotte Gainsbourg, mais Paul Mescal surtout est bouleversant, pas dans une performance tape à l'oeil, mais petit à petit, tout en subtilité. Tout repose sur eux, il n'y a pas de filtre, ils sont littéralement à nu, la camera danse autour d'eux, de leur visage, de la moindre expression, mais sans voyeurisme. On est pas spectateur, on vit ces moments avec eux, et c'est troublant autant d'intimité, de sentiment brut. On passe par toutes les émotions, et j'ai chialé la moitié du temps. La plus belle série que j'ai vu cette année, avec Tales from the Loop, une série qui se regarde comme un roman. C'est un super show, je vous conseille vivement de regarder. Alice in Borderland est une série originale japonaise Netflix, adaptée d'un manga, et ça se sent dans certains raccourcis pris par l'intrigue, dans le choix de jeu d'acteur aussi, c'est très caricatural par moment, ridiculement poseur ou geignard, mais j'ai été au Japon et il faut reconnaître que c'est culturellement très différent d'ici, et que par moment on peut avoir l'impression que les gens agissent "comme dans un manga", les clichés sortent rarement de nulle part. Donc de n'est pas "trop" gênant ici, il faut un petit moment d'adaptation et se laisser porter. Le point fort est définitivement l'histoire, c'est vraiment prenant et original, j'ai été surpris par l'ambition globale, et les prises de risque, il y a du Battle Royal (génial film japonais sorti en 2000), et surtout ça tient la route sur la longueur, avec un premier palier de réponses, j'ai hâte de voir la suite. Sans doute la série la plus addictive que j'ai vu cette rentrée. The Flight Attendant (HBO Max) très bien produite, bien jouée, Kaley Cuoco est parfaite pour ce personnage, on pourrait utiliser une expression que je déteste: "attachiante", qui décrit bien ce personnage qui passe son temps à prendre les mauvaises décisions et foutre tout le monde dans la merde, mais qui au final a plus de profondeur qu'initialement pensé. Ce n'est pas facile de tenir la ligne de crête entre tête à claque/cliché entitled white woman et anti-héroïne au bord du gouffre, on est toujours à la frontière, prêt à basculer d'un coté ou l'autre, et Cuoco tient la route, je ne sais pas si j'aime le personnage, mais elle est clairement intéressant et fun à suivre. Elle est en plus entourée de pleins d'acteurs ayant brillé dans des séries ces dernières années, particulièrement Zosia Mamet (génialement insupportable Shoshanna dans Girls). Tout n'est pas parfait, une histoire secondaire m'a particulièrement agacé, et ils ne laissent pas assez de place à d'autres personnages, mais globalement une chouette petite série divertissante, qui se prend au sérieux juste ce qu'il faut, visuellement joliment internationale (filmée entre Bangkok, Rome et New York), plutôt fun, par moment super agaçante, mais qui fonctionne dans l'ensemble. Elle était prévue comme une mini-série mais vient d'être renouvelée pour une saison 2 par HBO Max, et il y a clairement la matière pour continuer l'aventure. J'ai regardé aussi la série documentaire Alien Worlds (Netflix), les effets spéciaux et la création de ces mondes est splendide, par contre les passages sur Terre étaient plus poussifs, entre déjà-vu et personnalisation à outrance, alors que ça ne dure que 4x35 minutes je n'ai regardé que les mondes imaginaires, zappant le reste, et c'était très bien comme ça.

La petite web-réalité Slag Wars, du duo très distingué The Cock Destroyers (tout est dans le nom), a quelques moments marrants, ce n'est globalement pas une réussite, mais c'est queer, gentiment déjanté, complètement vulgos, et ça se regarde, vite fait. J'ai essayé le pilot de P-Valley (Starz), parce que la série se retrouve dans plein des Tops de fin d'année des critiques télé américains, et je n'ai pas du tout accroché. L'univers déjà ne m'a pas séduit, le monde glauque d'un club de striptease dans le sud des USA, j'ai trouvé ça moyennement joué, cliché à mort, vulgaire, grossier, soapy... Je ne comprends pas l'engouement, à part le fait que la série soit créée par une femme noire, intégralement réalisée par des réalisatrices, ce qui est toujours une bonne nouvelle, et a un casting intégralement afro-américain, ce qui n'est pas nouveau, mais le résultat est trop médiocre pour être encensé. C'est comme Télérama qui donne de bonnes critiques à des séries françaises moyennes pour les mettre en avant juste parce que le niveau est tellement bas ici que dés que c'est juste pas trop ridicule il faut "encourager", je comprends la démarche, mais une oeuvre doit être jugée sur le résultat présenté, pas sur le contexte. Le tout prend peut-être une autre dimension par la suite, mais je n'ai pas du tout envie de continuer, rien ne m'a donné envie d'y revenir.

Ayé, c'est l'hivers, j'ingurgite de la soupe au potiron, des clémentines, et du Boursin poivré, devant le Biathlon en direct sur La Chaine L'Equipe. Une troisième vague de la COVID-19 se profile, Macron est contaminé, une mutation du virus dans le sud de l'Angleterre sème la panique, ici on a le droit de sortir "librement" en journée, mais un couvre-feu de 20h à 6h est de nouveau instauré. Je ne sais pas encore si je vais aller chez mon père pour le réveillon de noël, j'ai juste envie de dormir jusqu'au printemps.

dimanche, décembre 20, 2020

Soccer Mommy.


  2020 aura été une année de merde niveau musique aussi, je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai aussi peu écouté d'album en boucle, d'ailleurs aucun sur cette liste ne m'a vraiment marqué, j'ai juste mis ceux que j'ai écouté plus de 4-5 fois, et vers la fin de la liste j'ai rempli avec ceux qui ne m'ont pas trop agacés. Certains ne sont même pas sur mon iPhone. J'ai cherché pourtant, j'aime bien Bonnie Banane, mais peut-être pas sur un album complet (Sexy Planet) ; S16 de Woodkid n'est pas atroce, juste un peu vocalement prétentieux et lassant ; Childish Gambino nous a sorti son pire projet, commercial et vieillot ; KiCk i de Arca est aléatoire et pas finit ; Song Machine de Gorillaz ressemble à une compilation de collaborations bonus des années 80/90 pas assez bonnes pour être sur l'album principal, ça manque trop d'originalité et de cohésion pour me donner envie d'y revenir ; j'ai eu mal au crane en survolant les éponymes de Róisín Machine et Rina Sawayama ; j'ai trouvé RTJ4 de Run the Jewels et We Will Always Love You de The Avalanches datés ; Man On The Moon III: The Chosen de Kid Cudi oubliable ; Dreamland de Glass Animals pas inspiré ; j'ai même testé Folklore de Taylor Swift, mais sa voix est vraiment trop quelconque et sa musique générique.

Ça donne donc: The Slow Rush de Tame Impala, The Ascension de Sufjan Stevens, The New Abnormal de The Strokes, Set My Heart on Fire Immediately de Perfume Genius, Heaven To A Tortured Mind de Yves Tumor, Saint Cloud de Waxahatchee, le légèrement basique musicalement/boite a rythme mais sympathique After Hours de The Weeknd, le un peu indie pop générique 90's mais joli Color Theory de Soccer Mommy, l'inégal Suddenly de Caribou, et Fetch the Bolt Cutters de Fiona Apple, que j'ai trouvé fouillis et caricatural, mais dont certains morceaux me restent en tête. Putain 2021, fais mieux s'il te plaît.

Related Posts with Thumbnails

Archive du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Safari