mercredi, juin 29, 2005

R.I.P.

 Ito Takashi connu aussi sous le nom de Bubulle nous a quitté dans la nuit du 27 au 28 Juin 2005 maintenant je vais devoir trouver un moyen de l'annoncer à ma voisine (et me débarrasser du corps).

En ce moment je m'amuse bien sur un des [message boards] du site d'Oprah et comme j'aime bien partager viendez donc.

Le [Google Earth] est un truc extra, je vous conseille vivement de le télécharger, merci [Garoo].

[The Sopranos] est vraiment une putain de série, surtout à partir du voyage en Italie de Tony.


Et voilà, c'est tout, j'ai rien à vous dire, sauf que je vous aime plus.

Excuse my french(ness).

{ Message censuré sur le board du site d'Oprah. }

 In France we used to have an expression: The costumer is King but remember we cut kings heads off few centuries ago.

Ok, lets make a presentation, i'm french, 26 years old male, traveled all around the world, and i lived in Paris my all life, France is the most visited country in the world so we don't realy care about colours (even less in shops like Hermès), we are use to. I think the most important part of the Hermès customers as well as for others "high class" trader marks (Vuitton, Chanel,...) are rich arabic princess, japones tourists, and wealthy americans (black or not, think about bling-bling hip-hop boys and girls). Also remember that Paco Rabanne (french designer) was the first one to bring black models on runways and he was boycott in USA because of that !! I work in a tourist hotel in the city center (latin quater if you been there) and most of our clients are americans, and let me tell you that we don't despise americans as you seem to believe, we watch your tv shows (my favorit is HBO's "Six Feet Under"), listen to your music, watch your films, how a country who gives birth to people like David Linch, Bret Easton Ellis, Christina Aguilera (no, was kidding on that one) or Nina Simon can be hated ! Most of us just don't understand your political choices (at least for half of you) or some of your manners but we kind of like you, and not for your money ! France is the 4th richest country in the world, Paris is almost as expensive as New York to live in, France don't live on tourism money, your tips won't make us live, stop seeing the rest of the world as a holiday resort, we're pretty much the same. We more have a problem with the all "i spend my dollars so i treat you like a dog" attitude some americans can have, money don't necessarily give you respect over here, you have to show respect to get some, we are not a "bling-bling" country (we just sell them, lol). We know that americans who come to France are not the narrowminded ones (most of the time), it's always interesting to exchange points of views and i'm sad to see that someone like Oprah, who had such an influence (only in the states, she's totaly unknown here) and do stuff to help people, falling totaly in the all diva cliché and delivering such an image of french. What's her point, make people get fired and make americans hate more France ? ... (but i'm pretty happy and surprise with all your reactions !)

(And by the way "North Africans" are not black.)


lundi, juin 27, 2005

Dear Oprah.

 It's definitly because you're black, sure, and it has nothing to do with the fact that you tried to make re-open that Hermès shop like in a 3rd world country, sorry, you can't treat people like slaves juste because you're rich and/or famous, on this part of the Atlantic anyway, or not yet at least, you're so look like one of those arrogants twats who arrive with a condescendant dollar-payed-smile and want people to lick their ass like if they were the fucking messie. You're black ? realy ? can't tell, and don't care, now you want that company to have problems and fire employees because your diva ego was not pleased ? You are such a role model. Would had been a pleasure to close that door on your face.


Best regards.      


And by the way "North Africans" are not black.
[CNN] & [Washington Post] reports. [et en français]

jeudi, juin 23, 2005

One of these days, i repeat: one of these days ; ou Clap ur hands.

 Ce qui est chiant quand on travaille de nuit c'est qu'il faut dormir le jour, l'été est terrible pour cela, je me réveille ensuqué, bouffi, chaque mouvement est pénible, au ralenti, j'essaye vainement avec de l'eau froide sur le visage de reprendre forme humaine. J'allume l'ordi, je suis mort de rire en écoutant un sketch de [Margaret Cho] et lance le téléchargement du dernier SFU. Je marche dans la rue, je suis trop vaseux pour avoir mes angoisses habituelles, un black genre caille gentille aux baskets très blanches m'arrête, je crois qu'il bosse dans la boutique de vinyles rap pas loin de chez moi, j'enlève mes écouteurs, je m'attends à un petit taxage de clope en bonne et due forme, prépare un non désolé dans ma tête, mais non, il me demande où j'ai trouvé ma chemise en soie, je le regarde étonné, lui dis que ce n'est pas de la soie mais du coton de merde de chez H&M, il me remercie et au moment où je repars me lance un t'es vraiment pas mal en tout cas, je suis surpris et lui souris, je continue ma route, j'attends pour traverser et alors que la circulation est fluide un bus de touristes s'arrête, le chauffeur fait de grands signes pour m'inviter à traverser, je suis étonné, fais un signe de main pour le remercier, arrivé dans le hall de l'hôtel une fille montre à son copain mes pieds et lui dit ça rend vachement bien un jean comme ça avec ces baskets, les (vieux) parents du patron qui dirigent l'hôtel d'à côté sont présents, ils ne m'ont que vaguement adressé la parole depuis 1 an et sont très à cheval sur la tenue vestimentaire, là je suis en jean baggy avec mes Etnies rouges trouées sur le dessus et une chemise sans cravate, aucun regard de travers, ce soir ils me font la conversation avec de grands sourires et me gratifient même d'un bonne soirée monsieur en partant, mon collègue décide de m'offrir un milk-shake à la banane qu'il va chercher dans un resto au bout de la rue, ex sérieux m'appelle et j'ai des frissons même si je ne peux pas aller traîner avec lui pour la fête de la musique, la réunion de fachos qui se déroule un mardi par mois dans la cave de mon hôtel n'attire que 4 personnes ce soir, je vois un dirigeable dans le ciel, les gens dansent au milieu de la rue, la révolution est dans notre sang, des touristes me demandent si à Paris c'est comme ça tous les soirs, it's music day today ; je trouve que la vie est cool, et j'ai déjà vécu assez de journées comme celle-ci pour savoir que j'ai bien fait de me laver les cheveux.


{ Summer 2005 sounds like : The Wiggles - If You're Happy And You Know It Clap Your Hands (extrait) < Lou Reed & The Velvet Underground - Walk On The Wild Side < Bloc Party - Like Eating Glass < Snoop Dogg featuring Justin Timberlake - Signs < Gorillaz - Feel Good Inc. }

lundi, juin 20, 2005

- Connards de Japonais qui massacrent les baleines, c'est décidé, je boycotte les sushis ; ou Variation sur le même thème.

 Faire sa folle, pour un garçon, équivaut à faire sa pouffe, pour une fille ? Ponctuellement, pourquoi pas, c'est un bon exutoire, mais pas quand cela est érigé en dogme, t'es pas obligé de faire des yeux graveleux façon blonde décolorée qui suce un routier dans un film porno roumain pour me demander l'heure, c'est pas séduisant, c'est vulgosse, être coquine/libertine/catin ça va pas aux mecs, faut arrêter Mylène les gars, je suis loin d'être conservateur, j'aime l'extrême, quand cela dénote une vraie personnalité ; je m'interroge, comment la communauté (au sens large) homosexuelle a-t'elle pu devenir aussi médiocre. C'est facile pour une fille de mettre une mini jupe ras la foufe, de parler boutique en rigolant connement, de trouver les feux de l'amour très intéressants et de s'en contenter, mais heureusement y'a d'autres choix dans la vie, j'ai le sentiment que l'inconscient collectif homo ne pousse pas vers ces autres voies, que la pouffe de base est un modèle (Christina, Mariah, Britney, Kylie, Alizée, ...) qui suffit, j'ai l'impression que pour beaucoup la vie se résume à un compte en banque, aller en club, et une bite dans le cul ; je trouve cela plutôt triste. Il n'y a pas de haine dans ces propos, ni de supériorité, juste un questionnement, et une envie de comprendre ; je regardais un documentaire lesbien l'autre soir sur Canal+, [evilXangel] (j'adore ses photos) parlait de ses voyages à San Francisco, de son opération, du manque de mouvement queer en France, il n'y a pas de véritable Culture Gay chez nous, je me demande si cela ne vient pas de la totale absence de Culture Pop, celle qui permet le lien entre LA Culture et le bassement mercantile, des groupes comme [Gravy Train !!!!] (vraiment excellent) sont limite inimaginables, il nous manque le second degré et l'autodérision nécessaire pour ne pas trouver cela ridicule si des français faisaient la même chose, enfin je crois. (...)

Il semble que quelqu'un m'ait offert Le Mausolée des amants d'Hervé Guibert il y a déjà quelques temps, pourtant je n'ai rien reçu, alors juste pour que l'aimable donateur se manifeste (par e.mail) histoire qu'il n'ait pas dépensé ses sous pour rien. J'en profite pour vous rappeler que j'écris ce blog dans un but purement intéressé et m'attends, bien entendu, à recevoir les biens inscrits sur la [whislist].


edit : No dick for me, thank you. Huhuhuhu, un petit lien (merci Matoo) menant à un sketch hilarant de Margaret Cho: [Lesbians Love Whale Watching]. I had sex with a woman on that boat, i went trougth the all thing, am i gay !? am i straight ?! And i realised, i'm just slutty. Where is my parade ?? What about Slut Pride !?


samedi, juin 18, 2005

C'mon Billy.

 Je n'ai rien contre les folles, je ne suis pas du genre à trouver qu'elles donnent une mauvaise image de l'homosexualité, pour tout dire je m'en fous un peu de l'image de l'homosexualité du moment qu'on ne me fracasse pas la gueule à grands coups de batte de baseball ; non, en fait je m'en fous pas, mais je préfère une image festive façon GayPride qu'un congrès des jeunesses homosexuelles de l'UMP. La montée des "tu es homophobe si tu n'aimes pas les folles même si tu es pédé" commence à me saoûler, cela serait comme dire à une femme qui critique Christina Aguilera pour sa vulgarité qu'elle est misogyne. Je n'aime pas particulièrement la compagnie de folles de base (la majorité), ça me met mal à l'aise, je ne sais pas trop pourquoi, c'est sûrement vrai que venant de banlieue j'ai longtemps caché toute trace d'homosexualité en moi, mais c'est juste une question de préférence, comme je préfère les gens qui ont un minimum de savoir vivre et ai du mal à me sentir bien au milieu de rustres ; c'est un peu la même chose avec les folles, il y a plusieurs degrés de folles, j'ai du mal avec les folles dédaigneuses/ hystériques et/ou crétines, je préfère les folles excentriques/ cultivées et/ou extrêmes, je n'aime pas la folle honteuse de droite qui te parle haut perché et te regarde comme si tu étais une paire de mules Patrick Cox avec un sourire mielleux. Beaucoup de pédés font de la niaiserie un mode de vie et je conspue ça, Disney et Alizée c'est pour les petites filles pas pour un mec de 30 ans portant un jean trop moulant et un t-shirt trop petit, j'aime les folles à forte personnalité, pas la banale copie d'une esthéticienne de campagne. La folle façon Patrick Dupont m'exaspère, il est gentil et tout, y'a pas de problème, je ne veux pas l'exterminer, mais son côté bisounours/victime m'est insupportable, comme chez les poufs genre Eve Angeli, j'aurais beaucoup plus envie d'être ami avec Vincent McDoom ou Karl Lagerfeld, et bien que je sois pour le mariage homo par principe d'égalité de droit je trouve cela assez pitoyable de singer le couple hétéro-beauf (vive la révolution).



{ Polly Jean Harvey - C'mon Billy }

lundi, juin 13, 2005

Incohérence et compression temporelle.

 Beaucoup de fins d'après-midi allongé dans l'herbe au parc Montsouris, on ne joue pas au badminton, on se fait des early goûters fromage/ baguette/ caviar d'aubergine/ vin rouge en remerciant dieu de nous avoir fait français, dans la foulée on passe à Beaubourg se balader à la très bonne expo [Africa Remix], ils y donnent des affiches avec lesquelles on redécore sa salle de bains ; y'a eu le concert de Metric aussi que je n'ai pas trouvé terrible, la première partie limite ridicule, on dort chez moi, puis chez elle, on ne se quitte plus, longtemps qu'on n'avait pas fait ça, je lui fais visionner le premier épisode de la saison 5 de Six Feet Under, elle me fait lire des Elle et des Monde 2, on s'enquille quelques Lost qu'elle n'arrive pas à regarder seule, c'est trouillard une fille, je trouve ça mignon, le lendemain une amie à elle vient passer la journée avec nous, elle nous raconte que son colocataire depuis 6 mois, agé de 26 ans, vient d'être inculpé pour agression physique, il attaquait des femmes dans la rue, 8 ont porté plainte, on essaye d'imaginer le nombre total de ses victimes, elle est partie de chez elle et attend qu'il quitte l'appartement, il est assigné à résidence en attente de son procès mais quand tu vis avec deux filles ça ne le fait pas trop, il avait l'air normal pourtant ; j'ai une douleur à la base du pénis, ça me fait mal quand je bande et tire légèrement sur la peau, donc j'en profite pour me refaire une virginité et découvre les plaisirs de la branlette douloureuse, j'ai regardé Le Clan (Gaël Morel) et Tokyo Decadence (Murakami Ryu), Florence Aubenas est rentrée, hier soir mon plafond m'a coulé un petit dégât des eaux, et il fait beau.


mercredi, juin 08, 2005

Retrousse tes manches et tue ton psy. Tu seras un Homme, mon fils.

 Je fume une cigarette assis sur le perron de l'hôtel, le jour se lève à peine, j'ai la chair de poule, les camions de livraison font des va et vient dans la rue et c'est bien là la seule animation, j'ai rêvé éveillé cette nuit, je me suis baladé avec une fête foraine de freaks comme on disait là-bas, de villes en villes dans le sud des états-unis, j'ai flirté avec la plantureuse femme à barbe, frémi à la mort de la danseuse exotique, suivi le petit homme se dandiner de caravanes en caravanes, et le garçon chercher des réponses ; des réponses oui, ce qu'on cherche tous finalement, je me suis demandé ce que j'étais censé faire, être, ou vivre, en sachant très bien que je le vis déjà, et que ce n'est pas si mal, qu'il faut que je m'en donne les moyens, qu'il faut que j'arrête de penser à mon moi et commence à agir, la vie est quelque chose de beaucoup plus important que ça, quelque chose de plus grand qu'il faut voir dans son ensemble et arrêter de bloquer sur ce qui est devant soi, arrêter de se projeter contre un mur et commencer à le contourner. Je me suis branlé dans les toilettes en me regardant fixement dans le miroir et je l'ai vu dans mes yeux ; j'ai une rage en moi qui pourrait me porter où je veux, je le sens, je le sais, il faut que j'apprenne à la contrôler, la canaliser, l'utiliser à des fins plus intéressantes que l'auto sabotage, finir par voir ce que les autres voient en moi. J'ai relu une partie de mes archives et en parcourant ces lignes comme si quelqu'un d'autre les avait écrites j'ai compris que la vie se travaille, comme les mots, comme la pierre, avec ses mains et son sang, pour en faire quelque chose de vivant. Talk doesn't cook the rice me disait souvent mon oncle anglais, il est temps que je façonne toute cette matière première, et me sorte la tête du fondement.

Et si c'était si simple que ça ?



mardi, juin 07, 2005

Shallow summer times begin.

 Un appart tout en long du 18ème arrondissement, intérieur nuit, 8ème étage sans vis à vis, Portishead en fond, une 15aine d'individus affalés sur des matelas, tout un mur dans la longueur est une baie vitrée donnant sur une terrasse, c'est mon tableau mouvant, différent tous les jours me dit la locataire, dont c'est l'anniversaire en faisant référence à la vue sur le ciel de Paris, il y a là un groupe de gens que j'ai déjà croisé, des hétéros, un d'entre eux m'avait léché les aisselles devant sa copine à une précédente fête bien arrosée au jardin des plantes, il y a environ deux ans, avec bass on s'était également amusés à troubler un bellâtre hétéro aux cheveux mi-longs blond façon bowie, chanteur dans un groupe, à qui j'avais fini par mettre ma langue dans la bouche cachés derrière un arbre façon étudiants américains "je ne me souviens de rien j'étais trop bourré", ils me disent tous que ça fait bizarre de me voir là réellement surpris mais souriants, moi j'ai le nez bouché et la gorge gonflée, on m'a trainé là grâce à du fond de teint (les boutons ont décidé de rester) et pas mal de verres de vin, alors j'arrive plutôt éteint, associable de nature de toute façon, je n'arrive décidément pas à m'intéresser aux gens et réponds succinctement quand on me demande quoi de neuf, j'aime pas qu'on s'intéresse à moi non plus, alors je bois et là le monde devient marrant ; j'ai passé une bonne nuit avec ce petit monde à essayer de trouver des chansons pas trop pourries pour bouger nos corps en rythme, à fumer de la marie-jeanne et enchainer les verres de punch maison. Finalement au lit à 8h je dors comme un loir chose qui ne m'était pas arrivée depuis belle lurette, je me réveille frais, la peau nette, l'oeil vif, y'a pas à dire vodka/orange au petit déj ça requinque.



{Séries du moment : [House] sur un docteur acrimonieux comme il faut, plus pour passer le temps au taff que par réel engouement ; idem pour [Alias] saison 4, que je gardais en ne m'attendant à rien pour les nuits où je n'avais plus que ça à mater, sauf que surprise les scripts ont (enfin) bouffer des emphéts, et oh putain les derniers épisodes sont une tuerie ; [Carnivàle] que je commence mais comme c'est du HBO (hurray !), je n'ai pas trop d'appréhensions ; et très prochainement (demain quoi) [Entourage] saison 2 ; [The Comeback], comédie avec Lisa Kudrow, nouveau donc on verra ; [The Sopranos] dont j'ai pratiquement toutes les saisons, maintenant va falloir s'y mettre ; et la meilleure, qui a repris lundi soir, [Six Feet Under], l'ultime saison. Kill me, i'm a geek.}


Post sponso par [eChanblard.org]
Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Safari