dimanche, octobre 09, 2016

Donald Trump.

 J'ai essayé de réécouter l'album de Miley Cyrus, que j'avais aimé en 2015, bah c'était vachement mieux au casque dans les bus d'Asie du Sud Est, diffusé avec la chaîne HiFi ça ne le fait pas trop. Je ne suis pas à fond sur le nouvel album de Jagwar Ma: Every Now & Then non plus, il est sympa mais pas aussi envoûtant que le précédent, un peu trop "pop/disco", je ne sais pas, il va peut-être grandir sur moi. J'ai envie de faire un voyage avec plus de thune, louer un camping car et faire le tour de l'Islande ou de la Nouvelle Zélande, juste rouler en écoutant de la musique, être indépendant, m'arrêter au plaisir, pour prendre des photos, ou juste rêvasser en me perdant dans le paysage, seul. C'est frustrant, je n'ai pas envie de retourner en dortoir et faire des nuits dans des bus trop climatisés. J'ai aussi peur que l'Amérique du Sud soit trop chère pour s'y balader en toute sécurité, du coup ça me frêne, je ne sais pas quoi faire avec moi même, alors j'écoute Mykki Blanco en boucle, ou Vespertine de Björk, en me disant qu'il faut que je m'achète de nouvelles baskets, et des semelles pour pieds plats. Je me demande si je ne vais pas juste aller en Inde, retourner à Varanasi quelques temps, et peut-être sur la plage de Palolem à Goa, comme en 2011, mais je ne sais pas si j'ai le courage pour l'Inde, là tout de suite maintenant.

Il y a 3-4 jours je suis sorti de ma rue, parce qu'il fallait que j'achète des trucs qui ne se trouvaient pas dans mon G20 au coin, et je me suis retrouvé à marcher de Monoprix en Franprix, pour trouver le déo que je voulais, pendant 1 heure, ça a été une torture d'être dehors, j'ai détesté ça, croiser des gens, et juste marcher au alentour, encore plus que pendant la Nuit Blanche, je ne sais plus quoi faire dans cette ville, c'est une sensation atroce, de se sentir sans but comme ça, et pas à sa place, les précédentes fois, cet été, j'avais plutôt été surpris d'être à l'aise justement. J'ai repris du poids, à force de ne rien foutre, je me sens gras, vieux, moche, triste, et pathétique de mes petits problèmes existentiels. J'ai besoin de fuir, mais je ne sais pas où, normalement je tourne en rond, en spiral descendante, avant de juste me lancer, comme pour reprendre mon souffle, un élan vital, d'un coup ça devient clair, je prends une décision, et un billet d'avion, mais là ça ne vient pas, je me sens bloqué, je me dis que je n'aurais pas dû rentrer.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu n'as jamais eu envie de faire de l'humanitaire ? Partir loin, mais avec un but, donner un sens a ton voyage... Ayant vecu comme toi une sensation d'enfermement a Paris, ca m'a redonne un vrai coup de fouet, et j'ai poursuivi par plusieurs annees en Asie. Bravo en tout cas pour ton blog, tu ecris vraiment bien.

Anonyme a dit…

J'abonde, servir les autres est un projet de vie porteur de sens.

Yann a dit…

Pour sortir de ta grise existentielle et de la grisaille parisienne:
http://www.artofliving.org/fr-fr

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome