dimanche, mars 05, 2017

Chanthaburi.


 A la frontière je me suis pris la tête avec les gars des minibus, parce que je ne voulais pas payer avant le départ, c'est en général la règle en Asie, pour pouvoir choisir une autre option au cas où ils essaient de t'entuber, mais là ils m'ont dit genre "si tu n'es pas content reprend ton sac et barre toi", ce que j'ai bien sûr fait, et je me suis retrouvé sur le bord de la route, un peu plus loin, à faire du stop, parce qu'il se trouve que ces minivans étaient la seule option pour rejoindre Trat, à 90kms de là... Mais bon, 10 minutes plus tard j'ai été pris en stop par 4 femmes "branchouilles", dans une toute petite voiture rouge, qui ont passé le voyage à chanter des tubes locaux et me nourrir de mangue vert avec sucre épicé et de salak (snake fruit), avant de me déposer juste devant ma Guesthouse, tout ça gratuitement avec le sourire, 120 bahts d'économisés, welcome to Thailand !

J'ai eu un visa d'1 mois, comme à chaque fois, je ne sais pas d'où viennent ces rumeurs comme quoi on obtiendrait seulement 15 jours aux frontières terrestres, je dois quitter le pays le 26 mars. Sinon je n'aime plus trop la bouffe thaï de nouveau, je n'ai eu que des curries avec trop de basilic thaï, qui rend le plat super anisé, et je déteste l'anis, ou fade, et puis le reste est bof, et chère, alors que y'a 2 mois j'étais aux anges, les villes où je me suis arrêté pour l'instant ont très peu de restaurants aussi, et sur les marchés y'a rien d'écrit en anglais, c'est compliqué de trouver où manger, on va voir comment ça se passe en allant plus au sud. Trat était sympa sans plus, tout était fermé et la ville semblait en grandes vacances d'août, mais j'ai couché avec un mec de 24 ans philippins foutu comme un mannequin sous-vêtement, donc ça va.


J'ai plus aimé Chanthaburi, la ville des marchants de pierres précieuses, à 1 heure de route vers Bangkok, même si ça semblait aussi mort, la ville est plus sympa je trouve, j'y ai déniché une boulangerie où je me suis goinfré de gâteau au chocolat, et ma chambre avait une terrasse qui donnait sur la rivière (River Guest House - 400 bahts avec clim), j'ai aussi couché avec un petit mignon de 20 ans, dont j'étais le premier "blanc", j'espère que je ne me transforme pas, petit à petit, en un voyageur sexuel. J'ai croisé un vieux français de 54 ans, à Trat, qui ne m'a parlé que des "garçons" qu'il essayait de rencontrer, me disant de profiter parce que j'étais jeune et beau (sic), ça m'a mis mal à l'aise, je ne veux pas venir en Asie pour chasser sur Grindr/Hornet des garçons que mon âge m'empêche d'avoir à Paris, je trouve cela glauque, même si je sens que ça va probablement finir comme ça, j'espère repousser ce moment le plus loin possible. Pour l'instant les jeunes que je rencontre ici me disent que je suis beau, que ma bite est énorme, et que je fais 10 ans de moins que mon âge (les autres touristes me le disent aussi, ça fait toujours plaisir), je ne paye jamais pour rien, ils sont complètement indépendants, et surtout ce n'est clairement pas le but de ma présence ici.

J'ai décidé de me faire toutes les petites villes en chemin pour Koh Lanta, j'aime bien l'ambiance provinciale thaï, et ça me permet de découvrir le pays différemment, pour l'instant je suis à Bangkok. J'ai finalement pris un billet d'avion pour Krabi (Thaï Airways - 43€/30kgs de bagage), pour demain, je me suis dis que j'avais juste envie de plage, et j'ai du mal à faire grand chose en ville en ce moment, rien que de prendre le bus dans Bangkok pour aller à la station de bus du sud pour aller à Phetchaburi me semblait insurmontable, alors je vais directement à Koh Lanta, et peut-être Koh Kradan, qui a l'air magique. Je veux manger du sable et du turquoise pour toujours, jusqu'à ce que je rentre, pour assister à la "quasi" guerre civile, en mai.


Et en bonus, cette citation de Dostoïevski, datant de 1863, vu sur Facebook, où il parle de Paris, pour bien comprendre que ça fait longtemps qu'on nous prend pour des cons: "Le bourgeois aime, jusqu'à la passion, l'inexprimable noblesse. (...) Qu'il ait pris douze mille francs au lieu de quinze cents, cela, c'était même son devoir ! Voler, c'est dégoûtant, c'est infâme, pour un vol on envoie aux galères, même si vous ou vos enfants mouraient de faim. Mais si vous volez par vertu, oh, alors tout vous est complètement pardonné. Vous voulez donc faire fortune et amasser beaucoup d'objets, c'est-à-dire accomplir une loi de l'humanité. Voilà pourquoi, dans le code, on a nettement distingué le vol par mobiles bas, c'est-à-dire, pour avoir un morceau de pain, et le vol par grande vertu. Le dernier est tout à fait garanti, il est encouragé et organisé d'une façon extraordinaire".

Dostoïevski - Le Bourgeois de Paris

3 commentaires:

Damien a dit…

D'après mes souvenirs (tes rares photos dans les posts de ces dernières années), tu n'as aucun souci à te faire en matière de séduction pour les 10-15 ans à venir.

NeimaD. a dit…

:)

Yann a dit…

J'adore ton site et c vraiment une réelle invitation au voyage et à l'evasion. Tes photos sont sublimes, ta bite doit l'etre aussi.

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome