mercredi, septembre 23, 2015

Haze ou Kuala Terengganu.


 Quand j'ai rencontré la femme de ménage, à Singapour, le lendemain d'une cuite, forcément, elle m'a expliqué que je devrais trouver un bon travaille plutôt que de voyager comme ça, que mon colloc singapourien était plus jeune que moi et avait déjà une bonne situation, que je devais penser à ma retraite, que pour elle ce que je faisais équivalait à de la survie. J'ai essayé de lui expliquer un peu, la chance que c'était, de pouvoir être libre comme ça, en vain. Je suis donc aller survivre dans la piscine, pendant qu'elle nettoyait les toilettes.


Un pays qui ne sert à rien, c'est comme ça que j'ai envie de décrire la Malaisie, coincé entre 2 pays bien plus intéressants. L'Indonésie, bourré de personnalité et de volcans, et la Thailand, le "pays du sourire" et du happy ending. C'est pas très beau, les gens sont moyennement sympathiques, la nourriture est médiocre, y'a de bonnes autoroutes éclairées et bien entretenues, c'est un peu comme la Belgique en fait, sauf qu'il y'a de jolies îles quand même, et j'ai bien aimé le quartier chinois de Kuala Terengganu. Je ne suis pas encore retourné à George Town, sur l'île de Penang, que j'avais adoré il y a 15 ans, ni vu Kuala Lumpur ou Melaka, donc c'est un jugement sûrement hâtif, mais je le fais quand même, parce que. Et puis les mecs sont moches, et gras, ce qui n'aide pas. Y'a aussi le problème du haze.


Depuis que je suis en Malaisie, et déjà à Singapour en fait, mais je trouvais cela moins gênant là-bas, le haze envahit la région. C'est la fumée dégagée par l'agriculture sur brulis en Indonésie, sur Sumatra et Bornéo, qui vient asphyxier les pays voisins, il y a constamment une brume blanchâtre, plus ou moins présente selon les jours, plus ou moins épaisse, qui va jusqu'à rendre la respiration difficile et voile le soleil. C'est pour ça que j'ai décidé de fuir Pulau Tioman, où je me suis posé en arrivant dans le pays, où je serais probablement resté plus longtemps sinon. J'ai remonté la côte en espérant que ça partirait, en m'arrêtant dans chaque ville une nuit, Mersing, Pekan, Kuantan, Kuala Terengganu, mais non, en plus j'ai appris que les vacances scolaires commençaient sous peu, et que les îles Perhentian, où je voulais aller, étaient prises d'assaut. Donc tout cela fait que j'ai quitté le pays pour la Thailand, et j'ai enfin revu le ciel.

1 commentaire:

Philoo a dit…

Ce voyage fantastique que tu réalises...

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome