samedi, octobre 13, 2012

Pédé.

 J'ai retrouvé, en parcourant mes posts enregistrés en mode brouillon, ce texte sur l'homosexualité rédigé en février 2010, je ne sais pas trop pourquoi je ne l'ai jamais posté, je le fais donc maintenant:

 Je ne comprends pas le scandale autour du bouquin du chercheur belge Jacques Balthazart "Biologie de l'homosexualité : on naît homosexuel, on ne choisit pas de l'être". Beaucoup d'homosexuels pense que le fait de dire que l'homosexualité est innée est une attaque, que l'homosexualité devient une maladie comme la mucoviscidose ou la trisomie 21, qu'on leur retire leur fierté, que l'on prouve qu'ils sont une "erreur" de la nature. Si la science prouve que l'homosexualité est innée cela deviendra un fait, le nier ne fait pas avancer les choses, et surtout, je ne vois pas en quoi cela serait un mal.

Ce n'est pas parce que la "vérité" a des conséquences que l'on ne souhaite pas qu'il faut l'ignorer. On ne parle pas de fierté ni de honte, on parle de science, pas de politique, ce n'est pas la même chose. La nature veut que l'on se reproduise, et rend donc l'autre sexe attirant, chez l'homme comme chez l'animal, et des fois ça foire, chez l'homme comme chez l'animal. L'homosexualité est sans doute une combinaison de facteurs, entre l'influence hormonal prénatal et génome. Pourquoi forcement partir du principe que cela doit être perçu comme quelque chose d'aussi négatif qu'une maladie handicapante grave, même en étant un "défaut" de fabrication, cela n'empêche pas de ne pas en souffrir spécialement et de bien le vivre.

"Aujourd'hui, diverses études sociologiques permettent d'affirmer que l'homosexualité existe dans toutes les sociétés. Le pourcentage de personnes à orientation homosexuelle est à peu près le même dans toutes les sociétés et à travers toutes les époques. En clair, le comportement homosexuel est universel et a toujours existé. Selon les statistiques, l'homosexualité exclusive touche environ 3 % de la population. Proportion à laquelle il faut ajouter les personnes ayant des orientations bisexuelles ou homosexuelles occasionnelles." Doctissimo.fr

Pour certains la sexualité est un choix, conscient ou non, comme si l'humain n'était plus un animal, mais uniquement le fruit du psyché. Dans ce cas n'y aurait-il pas un pourcentage plus élevé d'homosexuels dans les pays tolérants ? Quelles connexions environnementales faire entre un papou de Nouvelle Guinée et un new-yorkais ? Si c'est un choix du psyché comment expliquer les animaux homosexuels ?

Il n'y aura pas plus d'homosexuels parce qu'on diffuse un film de sensibilisation à l'homosexualité dans les écoles, ni si on en voit à la télé s'aimer, ou si l'égalité des droits au mariage est instaurée. Si on part sur le terrain du "que serait le mieux" je préfère que l'homosexualité soit innée, donc "naturelle", et que seul un scientifique puisse hypothétiquement la corriger après des centaines d'années de recherches (un petit téléthon ?) bien inutiles, que n'importe quel blaireau avec une bible dans les mains qui va essayer de me reconditionner parce que j'ai été mal "influencé" par la société.

Aucun commentaire:

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome