lundi, janvier 11, 2016

Angkor.


 Je n'aime plus trop le mango shake, avec la nouvelle année je suis passé à fruit de la passion.

Angkor a bien changé depuis mon passage il y a 16 ans. Un temple comme le Ta Prohm, celui que l'on voit dans Tomb Raider, était pratiquement à l'abandon, j'y avais pic-niqué avec 2 autres touristes, et nous étions seuls au milieu des ruines, en écoutant le live de Portishead sur des petits haut-parleurs. Maintenant il y a un parcours balisé, avec des barrières et des zones inaccessibles, certains arbres ont été coupés, et il y a des hordes de touristes, des groupes de Coréens, qui prennent chacun 15 photos d'eux devant chaque pierre, en beuglant, c'est insupportable, j'en suis venu à les haïr. Mais ça reste un lieu sublime malgré tout, que j'ai aimé redécouvrir, ça reste pour moi la plus belle réalisation humaine, il y a quelque chose de magique ici. L'humain est capable de tellement de beauté, il suffit d'avoir un bon dictateur mégalomane, avec la folie des grandeurs, plein d'esclaves, et une dévotion religieuse exhibitionniste.


Le premier soir j'ai été voir le coucher de soleil sur Angkor Wat, il est "gratuit" quand tu achètes ton pass 3 jours après 17h (40$). Le lendemain j'ai loué un moto-taxi pour la journée (15$), j'ai payé un peu plus pour aller voir le temple de Banteay Srei, qui est éloigné du site principal, et que je n'avais pas visité à l'époque, ça vaut vraiment le déplacement, c'est vraiment un temple sublime et délicat. J'ai fait aussi le "grand circuit", avec l'imposant Pre Rup, l'atmosphérique Ta Som, et sa sublime porte nord en symbiose avec un arbre parasite parfaitement placé, le Preah Neak Poan, sur une île entourée d'un très beau lac, qui a noyé une forêt quand le gouvernement a réparé les arrivées d'eau il y a quelques années, le très bien entretenu et grand Preah Khan, et un petit stop sur la colline de Phnom Bakheng, où je n'ai pas attendu le couché de soleil.

Related Posts with Thumbnails

Archives du blog

Layout: NeimaD 2007 © - Chrome